Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Droit d'ingérence aux Échos

22/05/2008 - par Muriel Signouret

Les journalistes continuent d'être vigilants pour éviter les interventions de Bernard Arnault. Pour l'heure, pas de couac éditorial notable à signaler mais, selon la rédaction, des ingérences managériales.

Après s'être battus bec et ongles pour éviter, en vain, la vente de leur quotidien à Bernard ­Arnault, les journalistes des Échos restent mobilisés contre l'interventionnisme supposé du patron de LVMH. Dernier coup de semonce en date : un communiqué de la Société des journalistes, déplorant le 14 mai l'« ingérence [de la nouvelle direction du groupe] dans les nominations de journalistes, notamment celle du futur numéro deux de la rédaction ». Henri Gibier, le directeur de la rédaction du journal nommé le 6 mai par le conseil de surveillance et approuvé le 14 par un vote de la rédaction, devrait en effet être secondé par Nicolas Barré, transfuge du Figaro.

Affaire de famille

Les journalistes soupçonnent ­Nicolas Beytout, PDG de DI Group, de vouloir reprendre en douce la main sur l'éditorial en embauchant celui qui a été l'un de ses fidèles lieutenants au Figaro. Une nomination qui n'est cette fois-ci pas soumise à l'approbation des journalistes... Devant ses troupes, Henri Gibier a nié avoir reçu des consignes de son patron et a appelé la rédaction à restaurer un climat de confiance.

Mais les journalistes ont visiblement du mal à rester sereins. La nomination par l'actionnaire de son propre fils, Antoine Arnault, directeur de la communication de Louis Vuitton, au comité d'indépendance éditoriale du groupe est passée, le 6 mai, pour une provocation. D'autant que Delphine Arnault a fait, elle, son entrée au conseil de surveillance des Échos aux côtés de son frère. Un mélange des genres en famille qui laisse augurer des liens très étroits avec les intérêts de Bernard Arnault même si, pour l'heure, les rédacteurs n'ont pas eu à se plaindre d'interventions patentes.

Envoyer par mail un article

Droit d'ingérence aux Échos

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.