Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TF1 sans totem ni tabou

12/06/2008 - par Amaury de Rochegonde

Le départ de PPDA signe la fin d'un modèle d'information venu d'en haut. Laurence Ferrari doit construire une nouvelle relation avec le téléspectateur.

C'est à quelques signes infimes qu'on mesure les plus grands changements. Lundi 9 juin, dans le hall d'accueil de TF1, Libération trône avec Metro et Le Figaro sur la table réservée aux visiteurs. « PPDA renversé par une Ferrari », titre le journal. La diffusion du récit de cet « accident industriel » dans les locaux même de la Une, alors que la chaîne n'a pas encore confirmé l'éviction de Patrick Poivre d'Arvor, aurait été impensable il y a encore un an. En s'enfonçant dans les fauteuils de cuir, le visiteur peut y lire que Nicolas Sarkozy a publiquement fait part de son souhait que la journaliste prenne les manettes du 20 Heures de TF1. Et que Nonce Paolini, le patron de la Une, a fait diffuser il y a dix jours une vidéo à ses salariés où il reconnaissait, face à la concurrence de la TNT : « On est guerre. »

Personne n'est intouchable

Ainsi va le nouveau TF1. Après les départs - ou les destitutions - de Patrick Le Lay, Étienne Mougeotte, Charles Villeneuve et bientôt Robert Namias, le directeur de l'information à TF1, ni les nouvelles officieuses ni la question de l'âge des capitaines ne sont tabous. Pour François Jost, professeur Paris III, c'est une volonté de rajeunissement à l'oeuvre depuis longtemps qui éclaire la stratégie de TF1. « Depuis la téléréalité jusqu'à l'arrêt du Commissaire Moulin, en passant par les séries américaines destinées aux jeunes, tout est fait pour s'adresser à un public un peu plus jeune, notamment face à M6, explique-t-il. Laurence Ferrari est à même de tourner le journal vers une génération qui n'a parfois connu que PPDA au 20 Heures de TF1 et sa marionnette des Guignols. »

À quarante et un ans, la journaliste venue de Canal +, qui a été élue en décembre « présentatrice la plus glamour de France » par un sondage Ipsos-Télé 7jours, aura la tâche difficile de regagner le coeur des plus jeunes, happés par Internet, la TNT et les nouveaux médias. Car TF1 a beau aligner le JT le plus regardé d'Europe, la part d'audience du 20 Heures décline. En semaine, entre janvier et mai 2008, elle est tombée à 34,9 %, contre 37,6 % en septembre-décembre 2007. Gênant quand on songe que, dans le même temps, celui de France 2 s'est stabilisé à 20,6 %. « Avant, TF1 faisait le double de notre audience,. Maintenant c'est seulement quinze points de plus », résume-t-on à France Télévisions. L'effritement est notable aussi pour le journal du week-end de Claire Chazal, passé de 39,5 % à 36,2 % d'audience.

Y a-t-il un risque à faire tomber la statue du commandeur de l'info PPDA ? « Franchement, je ne crois pas, répond Thierry Moreau, directeur de la rédaction de Télé 7 jours. Aucune grande marque ne peut se permettre d'avoir la même égérie pendant vingt et un ans. Et c'est un signe fort envoyé à l'externe comme à l'interne : une façon de dire que même PPDA, qui avait fixé lui-même chez un huissier son départ pour 2012, n'est pas intouchable. » D'ailleurs, les experts des agences médias rappellent que le remplacement de PPDA l'été par Harry Roselmack ne se traduit par aucune perte d'audience.

En réalité, c'est une autre relation avec le public que TF1 cherche à nouer grâce à Laurence Ferrari. « Le rôle de Poivre, c'est d'amortir le choc de l'info dans ce déversoir de la misère du monde qu'est le 20 Heures, analyse Denis Muzet, président de l'Observatoire du débat public. Il y a avec lui un contrat de réassurance qui passe par une impassibilité, une économie de gestes et de mots. Il est le totem inamovible, un point fixe dans un monde en bouleversement, un père et un repère dans cette mondialisation qui nous assaille. Avec Laurence Ferrari, c'est la fin d'un modèle vertical : celui de l'information venue d'en haut et délivrée par un père protecteur. On sera dans un JT de la proximité, au contact des gens, connivent. » Une connivence avec le public, s'entend.

Envoyer par mail un article

TF1 sans totem ni tabou

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.