Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Libé réinvente la locale sur le Web

03/07/2008 - par Muriel Signouret

Liberation.fr propose huit « Libé villes », des blogs réalisés par les correspondants régionaux du quotidien. Un travail chronophage, mais indispensable pour ces reporters en mal de publication.

Le « post » qui a récolté le plus de commentaires sur le blog Libé Marseille, l'un des huit blogs citadins développés par Libération depuis septembre 2007 ? Un fait divers sordide qui se solde par la mort d'un gitan tué par un gendarme. Près de 25 000 connexions en quelques heures et plus de 200 commentaires. « Pas toujours très finauds », admet Michel Henry, l'auteur du blog marseillais, qui s'efforce de « ne pas céder à la dictature du clic ». Car tel est le danger pour ces journalistes n'ayant pas l'habitude de recevoir en direct des réactions de lecteurs. « Si j'écrivais des papiers sur l'OM, l'audience grimperait en flèche », poursuit-il alors que le dernier-né des « Libé villes », lancé fin mai, atteint aujourd'hui environ 8 000 visites par jour.

À l'origine des huit blogs citadins, aujourd'hui accessibles depuis liberation.fr, l'idée était d'imprimer la patte Libé à l'actualité locale. « On ne cherche pas à concurrencer les sites des quotidiens régionaux », rappelle Ludovic Blécher, le rédacteur en chef du site du quotidien à l'initiative de ces blogs s'adressant essentiellement à une audience locale. Une doctrine pas toujours facile à admettre pour ces correspondants en concurrence frontale avec la PQR. « On ne m'avait pas donné de cahier des charges, mais j'avais envie de faire un site ambitieux d'autant que les journaux locaux ont accéléré leur développement sur le Web ces derniers mois », explique ainsi Olivier Bertrand, de Libé Lyon (20 000 visites quotidiennes en moyenne).

Toucher le lectorat de province

C'est lui qui a d'ailleurs inauguré ce déploiement original en septembre dernier avant que suivent Lille, Toulouse, Strasbourg, Orléans, Rennes, Bordeaux et Marseille. Un clin d'oeil à l'histoire du quotidien qui a eu sa version lyonnaise, dite Ly Li, de 1986 à 1992. Surtout, ce développement s'inscrit dans la stratégie régionale du journal papier. Avec la nouvelle formule, lancée en octobre dernier, les initiatives en direction du lectorat de province se multiplient, que ce soit avec les cahiers spéciaux sur une ville ou les trois jours de débats du Forum Libération de Grenoble.

« Quant à nous, qui couvrons 90 % de l'actualité locale pour n'en publier que 10 %, cela nous permet d'utiliser ce riche matériau pour lequel on avait du mal à trouver un débouché dans le journal », reprend Olivier Bertrand. Au risque de voir les signatures régionales déserter le papier ? « C'est vrai que la rédaction papier peut avoir moins de scrupules à rejeter nos propositions. Mais elle peut aussi piocher plus facilement dans les informations du blog. Au final, l'info régionale reste présente dans le quotidien avec en plus des renvois sur le Web », poursuit-il.

Reste que le rythme de travail imposé par ce journal virtuel n'est pas toujours évident à gérer. « Internet, très chronophage, a tendance à prendre le pas sur le papier. Or, c'est le papier qui nous fait vivre, ne l'oublions pas », prévient Michel Henry. « Au début, je travaillais jusqu'à 2 heures du matin et je me levais à 6 heures pour mettre un dernier post en ligne », relève Olivier Bertrand. Plus problématique : le temps passé sur le blog peut nuire au travail d'enquête des correspondants. « Aujourd'hui, je serais incapable de sortir une enquête sur les Salafistes de la banlieue lyonnaise, laquelle m'avait demandé des mois de préparation », souligne Olivier Bertrand. De là à être tenté d'adapter leur contenu à leur audience, il n'y a qu'un clic que les auteurs des « Libé villes » se refusent à franchir.

http://www.liberation.fr/libevilles

Envoyer par mail un article

Libé réinvente la locale sur le Web

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.