Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ÉTUDE

La télévision a marqué le pas en 1998

05/03/1999

Après France Pub et Carat, et avant l'Irep, Secodip confirme, dans son bilan du marché publicitaire, que les médias ont connu une très bonne année 1998.«Comme en 1997, les investissements publicitaires plurimédias bruts ont progressé de 9%, à 75,44milliards de francs»,note Pierre Marty, directeur de la pige quantitative. Étrangement, c'est la télévision qui a progressé le moins l'an dernier: sa croissance (5,1%) est même deux fois inférieure à celle de la presse (10,7%) et de l'affichage (10,2%), et près de trois fois inférieure à celle du cinéma (13,2%) et de la radio (14%). Du coup, sa part de marché passe en un an de 36,2% à 34,9%. à l'inverse, la presse progresse de 10,4% à 41% et la radio de 10,2% à 10,7%. Le cinéma et l'affichage, eux, restent stables. De la même façon, les secteurs annonceurs ont connu des évolutions très contrastées. La palme de la croissance revient aux services. En progressant de 25,3%, ils passent en un an de la quatrième à la première place, à 8,67milliards de francs, et détrônent ainsi l'alimentation qui recule d'un rang malgré une hausse de 4% (à 8,45milliards de francs). Cette explosion s'explique avant tout par le boom de la téléphonie. Témoin, la présence de Vivendi (+44% à 1,9milliard de francs) comme second groupe annonceurs, alors qu'il ne faisait même pas partie des dix premiers en 1997.

Envoyer par mail un article

La télévision a marqué le pas en 1998

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.