Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

France Télévision croit au sport

07/05/1999

Àcinq jours de la finale européenne de football avec Marseille, à deux semaines de l'ouverture de Roland-Garros et à deux mois du Tour de France, Patrick Chêne, directeur des sports de France Télévision, souhaite redorer l'image du sport sur le service public.

Comment s'est déroulée la renégociation du contrat d'exclusivité du rugby jusqu'en 2002? Patrick Chêne. La négociation a été difficile car ce sport suscite l'intérêt des chaînes. M6 est allée jusqu'au bout. Depuis mon arrivée en août, j'ai consacré au moins 20% de mon temps à ce dossier. Ce nouveau contrat est-il sujet à une forte inflation? P.C. J'ai une clause de confidentialité concernant le montant du contrat. Je peux simplement affirmer que le chiffre avancé de 13millions de francs par match est surestimé. Certes, l'inflation existe, mais le produit évolue. Ainsi, en marge du Tournoi des cinq nations, l'équipe de France rencontrera désormais systématiquement les trois grandes nations de l'hémisphère sud. Et ces matchs, lorsqu'ils auront lieu en France, se dérouleront le samedi à 20h50. C'est une première qui m'a également permis de mieux rentabiliser le contrat. Essayez-vous de rattraper votre retard face à TF1 sur le football? P.C. Notre ambition n'est pas d'être hégémonique sur le football. Simplement, il n'est pas décent que la télévision publique soit absente d'un tel sport, en particulier concernant les matchs de l'équipe de France. J'ai une double ambition: préserver les grands événements gratuits pour le public et rattraper un petit déficit d'image, d'où notre campagne de communication actuelle. Je suis un peu agacé que l'on prenne toujours Canal+ pour référence. Service public ne signifie pas ringard. Après les affaires de dopage, craignez-vous une baisse d'audience pour le prochain Tour de France? P.C. Je ne suis pas inquiet du tout. L'événement est suffisamment puissant en lui-même pour drainer une audience forte. France Télévision a d'ailleurs récemment reconduit le contrat jusqu'en l'an 2003. Quel est le principal défaut des émissions sportives du service public? P.C. J'ai une certaine gêne quand je voisStade2sans présence féminine. Ce n'est pas une question de quota. Mais il ne faut pas que cela soit factice. Ce que fait TF1 avec Miss France sur l'émissionTéléfootest d'ailleurs assez réussi. Quel bilan faites-vous des huit mois passés à votre poste? P.C. Les audiences sont bonnes, mais on doit, et on peut, faire mieux. Je suis satisfait, mais il n'est pas question de dresser un bilan. En revanche, j'aimerais proposer un jour une émission, qui n'a pas encore abouti, permettant de traiter le sport au sens large, une sorte d'Envoyé spécial du sport. Où en êtes-vous du projet de chaîne de sports olympiques? P.C. Le projet avance, mais il n'y a pas d'échéance. Vous écrivez également des scénarios de fictions. Quels sont vos projets en la matière? P.C. Deux épisodes de 90minutes vont être diffusés dans les semaines qui viennent dans les cases desMercredi de la viesur France2. Cela s'appelleVega,avec Claude Brasseur qui incarne un patron de cirque. S'ils fonctionnent en audience, j'en écrirai d'autres. Il y a des gens qui bricolent et qui jardinent, moi j'écris.

Envoyer par mail un article

France Télévision croit au sport

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.