Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CINÉMA

La nouvelle place des producteurs

27/02/1998

Le 28février, Canal+ diffusera en clair, pour la quatrième année consécutive, la vingt-troisième Nuit des césars. En clair et en prime time, un samedi soir, grâce à une dérogation accordée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel. L'accord qui lie la chaîne à la fête du cinéma français est d'ores et déjà reconduit pour six ans. Dévolue pendant dix-huit ans à France2, la soirée est une bonne opportunité pour la chaîne du cinéma qui en assure la production.«Ce fut notre meilleure audience l'an dernier»,annonce Alain de Greef, directeur général de Canal+, en charge des programmes, précisant qu'elle fut de 6,6% en 1997, soit 12,2% de parts de marché sur les quatre ans et plus. De son côté, l'Académie des arts et techniques du cinéma affiche, via son président Daniel Toscan du Plantier, sa satisfaction d'avoir réussi à«rester en prime time le samedi soir sans devenir une émission de télévision, mais en étant au contraire une véritable soirée de cinéma»,fidèle en cela au modèle américain des oscars.

Manoeuvre diplomatique

Peu d'innovations au programme cette année, si ce n'est que le prix du producteur de l'année, qui avait été initié en 1996 et remis successivement à Christophe Rossignon et à Jacques Perrin, a été supprimé.«Il nous avait paru évident de le créer, mais dans la pratique, il s'est avéré impossible de le maintenir,raconte Daniel Toscan du Plantier.Car le César du meilleur film est en réalité le César du meilleur producteur, puisqu'il est difficile de distinguer le producteur de son long métrage. Nous avons donc décidé cette année de remettre, pour le meilleur film, deux statuettes, l'une au producteur, l'autre au réalisateur, en prenant garde de féliciter le producteur en premier.»Manoeuvre hautement diplomatique dans un pays tel que le nôtre, où la tradition dans le septième art veut que le réalisateur soit davantage mis en avant que son producteur. Qui d'Alicéléo, de la Gaumont, d'Agat Films et Compagnie, d'Arena ou encore de Salomé, recevra donc cet insigne honneur? Réponse le 28février.

Envoyer par mail un article

La nouvelle place des producteurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.