MARKETING COMMUNICATION MEDIAS

Le Bêta au secours du Net

MESURE D'AUDIENCE

23/02/2001 -

Le Bêta de mémorisation des bannières serait de 11%, ce qui fait d'Internet le troisième média, derrière le cinéma et la télévision, en termes de mémorisation d'un message publicitaire.

Comment convaincre les annonceurs traditionnels d'intégrer Internet dans leur plan médias, alors que le taux de clics dans les bannières ne cesse de baisser? Réponse: en leur démontrant que le taux de clics est loin d'être l'unique moyen de mesurer l'impact d'une campagne publicitaire sur Internet.

Une efficacité incontestable

Les bannières, même si elles ne sont pas cliquées, peuvent jouer un rôle efficace en termes de mémorisation du message publicitaire. Restait à le prouver: c'est désormais chose faite. La régie Ad 2-one, filiale de Vivendi Net et Carat, a en effet demandé à Armand Morgensztern, inventeur du Bêta de mémorisation des campagnes publicitaires (1) de se pencher sur le cas Internet.«Après cette étude réalisée sur 3523individus, Internet apparaît comme le troisième média en termes de mémorisation avec un Bêta bannière de 11%, juste après la télévision dont le taux de mémorisation est de 15% pour un écran de 20secondes», indique Remy Collard, directeur général France de Ad 2-one. Le cinéma atteint 75%, la presse 10% pour une page quadri à égalité avec l'affichage 4x3, et la radio 5% pour un spot de 30secondes.«Jusqu'à présent, aucun outil de mesure ne permettait de comparer l'efficacité de la publicité entre les médias traditionnels et Internet, poursuit Marie-Laure Sauty de Chalon, directrice générale de Carat Interactive.Aujourd'hui, la lacune est comblée par le Bêta, valeur incontestée depuis sa création, qui permet d'introduire Internet à sa juste valeur dans les plans médias.»Remy Collard est optimiste:«Un grand nombre de sites s'engagent désormais dans le streaming vidéo avec la possibilité de diffuser des billboards publicitaires en début ou en fin de session. Petit à petit, le taux de mémorisation de l'Internet se rapprochera de celui de la télévision». (1) Le « Bêta » de Morgensztern constitue l'une des composantes essentielles, avec la couverture et la répétition, permettant de calculer le taux de mémorisation d'une campagne publicitaire.


Information traitée dans Stratégies Magazine n°1180

Sur le même sujet :
« Pas de publicité efficace sans émotion »
« Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau disponible. »En tant que spécialiste du fonctionnement de cerveau (1), comment avez-vous perçu cette...
Carat invente le GRP Internet
Le marché publicitaire en rêvait, Carat l'a fait! L'agence médias vient de mettre au point une définition scientifique du GRP (Gross rating point) pour Internet. Une...
Au coeur des mystères de la mémorisation
Répéter un message n'est parfois pas suffisant pour imposer une image ou faire retenir un slogan. Si les éléments nécessaires à une bonne mémorisation ne sont pas...
La publicité vidéo s'impose dans le display
Palme d'or pour la publicité vidéo en ligne. Selon une étude de Canal+ Régie sur l'efficacité des campagnes de branding sur Internet, elle recueille les suffrages...
Comment investir mieux
»Pour un média comme la télévision, qui concentre 70 % des investissements du secteur du « food » - la grande consommation (entretien, toilette-beauté, produits...
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

 
STRATEGIES SUMMIT
Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES