Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Smart

«Augmenter» le chant du coq gaulois

04/05/2015 - par Maxime Garrigues, directeur général de X-Prime

L'innovation est, dans notre imaginaire, tellement liée aux Etats-Unis que même la French Tech se base sur des super-héros pour vanter les compétences hexagonales, déplore Maxime Garrigues, directeur général de X-Prime, dans sa chronique Smart pour Stratégies.

Je suis un fervent défenseur de toutes les initiatives qui visent à mettre en lumière nos talents du numérique, et plus particulièrement de la French Tech. Ce label fédère l’ensemble des prises de parole sous une même «marque» et donne plus de visibilité à nos innovations. Malheureusement, je ne peux que déplorer l’exécution qui en est souvent faite, en témoigne la dernière publication en date du gouvernement.

Intitulé «Amazing French Tech», cette infographie représente un homme aux capacités «augmentées» de par son équipement en objets connectés made in French Tech. Voilà le descriptif: «Pas besoin de lire de la science-fiction ou d'aller au cinéma: les start-up françaises innovent et développent aujourd'hui la technologie de demain. La preuve en dessin!»… Outch! Je reste sans voix.

Tout d’abord parce que bien qu'anecdotique, le choix d’une représentation en super-héros est maladroit. Je comprends le clin d’œil, mais quoi de plus incohérent pour un label visant à promouvoir nos intiatives que de faire appel à l’imaginaire des personnages made in USA. Notre homme «augmenté» appartiendrait-t-il à la licence Marvel? On se différencie de nos principaux concurrents en faisant un rappel permanent à leur univers?

En résumé, non au coq augmenté et non au super-héros.

Désacraliser la technologie

Ensuite, et surtout, parce que cette angle de prise de parole est contraire à ce qu’il convient de faire. Pour réussir, nos start-up doivent conquérir des marchés constitués de consommateurs. Ceux-ci ne sont pas des ultraconnectés, mais bien des Monsieur et Madame Tout-le-monde. Pour les séduire, il convient donc de désacraliser la technologie et de la rendre accessible.

En d’autres termes, il faut communiquer sur l’usage, le service rendu, la valeur ajoutée de l’expérience plutôt que le produit en lui même. Pour vendre, il faut convaincre le consommateur lambda de l’intérêt de s’équiper en objets connectés: quel service m’apporte une montre connectée? Quel service m’apporte un tee-shirt connecté?... Il faut le projetter dans son usage quotidien. Vous en conviendrez, nous en sommes très loin avec l’univers véhiculé par un super-héros.

Finalement, parce qu’il s’agit d’une sélection de start-up. Pourquoi privilégier tel ou tel acteur? Très souvent, ces sélections reposent sur un réseau, sur une capacité à se rendre visible et non sur la qualité intrinsèque des projets. Aussi gardons-nous de faire une sélection et concentrons-nous sur la promotion des usages pour préparer le terrain à nos start-up.

Envoyer par mail un article

«Augmenter» le chant du coq gaulois

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.