Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'ombre d'un doute

18/05/2017 - par Amaury de Rochegonde

Il y a un côté pile et un côté face dans l’absorption annoncée d'Havas par Vivendi. Côté pile, la possibilité de rivaliser avec les acteurs globaux en adossant un groupe de publicité très international à un autre groupe mondialisé – notamment avec Universal Music et Canal+ – qui ambitionne de devenir le «Netflix européen». Havas peut amener sa créativité, sa très fine connaissance du consommateur et sa maîtrise de la data au visionnage d’œuvres ou de biens culturels, qui dépendent de plus en plus des algorithmes de recommandation sur des plateformes. Vivendi, de son côté, pourra  apporter ses talents et son savoir-faire dans la création et la distribution de contenus. Côté face, le risque existe qu’émerge un mastodonte recréant l'Havas d’antan, avec des intérêts convergents entre ses budgets publicitaires et ses audiences. «La résurrection d'un groupe dominant publicité et médias nationaux serait le retour vers l'obscurantisme pour le marché. Les grands annonceurs vont vite s'en émouvoir», fustigeait Pierre Conte, qui dirige WPP en France, dans Stratégies en avril 2016. Invest Securities a déjà mis en garde contre «des conflits d’intérêt potentiels». Vivendi devra s’employer à lever ces doutes.

Envoyer par mail un article

L'ombre d'un doute

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.