MARKETING COMMUNICATION MEDIAS
Votre Flux Rss Stratégies Edito / Billet

Blogs de com'

http://shortstories.blogs.com

JITB: révéler

L'entreprise schizophrène. Joe le dircom a beaucoup investi dans le relifting de son identité visuelle. Aucun trou dans la raquette : Joe a tout prévu pour normer les divers médias de prise de parole de la marque. La campagne 4x3 est top. Beau score d'attribution, super score d'affinité. On est les dieux du « one to many ».

Bob, le maître du marketing direct, nous a sorti une campagne superciblée. Il s'occupe aussi du site Web, qui a un supermoteur de « profiling » : le contenu varie selon le type d'utilisateur connecté. Un cas d'école, je te dis. On est les rois du « one to few ».

Joe et Bob, s'autocongratulant à la cafet', entendent Max (commercial qui ramène un max) parler avec Pépita (commerciale qui ramène des pépètes). Ils se plaignent de ne pas avoir les supports de vente adéquats. Joe et Bob suivent Max, non pas pour le taper, mais pour comprendre. Max est en ligne avec un client. En poireautant, Joe tripote les docs qui sont sur le bureau. Il tombe sur une des propositions commerciales de Max. Celle qu'il a passé six heures à structurer, rédiger et mettre en forme. Choc anaphylactique. Y'a comme un problème avec le « one to one ». Max a ferraillé avec sa mise en page, mais n'a obtenu qu'un rendu visuel digne d'une PME du BTP. Max a passé un temps fou à la chasse aux infos, mais n'a obtenu qu'un résultat frankensteinesque, composé de copier-coller de sources diverses.

Bienvenue dans l'Entreprise schizophrène... Cette entreprise qui investit des mille et des cents dans sa campagne de pub ou sa plaquette, mais laisse les commerciaux envoyer des propositions qui ne véhiculent ni les bons messages ni la bonne image. Malgré son importance critique dans le cycle de vente business to business, la proposition commerciale est encore le parent pauvre de l'image de marque de l'entreprise, une zone de non-droit du discours corporate, le quart-monde de la stratégie de ciblage et de segmentation des messages, bref : le no man's land de la communication. [...]

http://jitb.typepad.com/mon_weblog

Emmanuel Brunet :interagir

Time magazine cible... et s'emmêle les pinceaux ! J'ai reçu cette semaine deux lettres venant de Time magazine. J'étais abonné il y a quelques mois de cela mais n'avais pas renouvelé mon abonnement. Deux lettres le même jour, c'est que ça doit être important ! À ma gauche : une offre alléchante ! [...] À ma droite : une offre déroutante ! [...]Conseil marketing du jour : ciblez vos campagnes de recrutement en fonction du profil de vos clients, tout en faisant attention à ne pas trop en faire ! Time magazine avait pourtant tout compris : des éléments différents proposés en fonction de mon profil et une approche classique (le prix minimal, les « plus » en cadeaux, etc.).

Mais à force de vouloir trop en faire, Time a basculé dans la contre-productivité. Le consommateur a toujours l'impression d'être pris pour un gogo s'il s'aperçoit que d'autres offres plus alléchantes sont en circulation au même moment. Le but de la relation client est-il d'accroître la rentabilité à tout prix ou le service apporté au client ? [...]

http://emmanuelbrunet.free.fr

Guy Birenbaum :énerver

Fermez les yeux. Nous sommes vers la fin juin. Nicolas Sarkozy a été battu au second tour de la présidentielle, il y a quelques semaines. Et son parti, l'UMP, vient de perdre les législatives, dimanche dernier. Le PS détient la majorité absolue. Seul. Nicolas Sarkozy n'était pas candidat à la députation.

Son choix : le repli sur ses bases régionales, dans les Hauts-de-Seine. Il faut dire qu'il a d'abord eu bien du mal à avouer qu'il avait perdu... Il n'a notamment jamais réussi à prononcer le mot « défaite », depuis le 6 mai dernier... Et puis, s'il n'a « à peine pas gagné », il n'y peut rien, en fait ! Il n'y est quasiment pour rien, lui ! Responsable... mais pas coupable !

Les vrais fautifs, il faut aller les chercher parmi les chiraquiens qui l'ont poignardé tous les jours pendant des semaines. Ils l'ont soutenu... Ah ça oui ! Ils l'ont soutenu... Comme la corde soutient le pendu... Et puis, surtout, au-delà des trahisons individuelles (ce petit salopard de Borloo qui a rejoint l'équipe de Royal en pleine campagne !), l'UMP, son parti qui l'a élu, n'a jamais accepté de suivre religieusement les consignes de la petite équipe de fidèles si talentueux, si dévoués, qu'il a rassemblée autour de lui. C'est bien simple, entre les pourris, les lâcheurs et les incompétents, Nicolas Sarkozy a eu l'impression de courir plusieurs marathons par jour, lesté d'un sac de pierres... Si seulement ils avaient pu le laisser faire !


Sur le même sujet :
So rugby
Le style est soigné, les envolées lyriques mais le commentaire technique reste précis. On s'imagine que le magazine saura encore trouver les mots pour narrer la...
Si jeunes et déjà métrosexuels
Seize paires de chaussures, quatre jeans Diesel, autant de pantalons Energie et Replay, des T-shirts par dizaines... La garde-robe d'Antoine, douze ans, ferait pâlir...
Les bonbons, c'est bon pour les confiseurs
Et d'évoquer notamment la récente volonté du gouvernement de supprimer, en grande distribution, les bonbons et confiseries des devants de caisse (lire l'encadré)....
Six cas emblématiques
Nivea dans la peau des chercheursEn 2006, Nivea alors partenaire au Palais de Tokyo d'une exposition sur la peau, la science, l'art et la philosophie, baptisée Ultra...
Evian met ses bébés au roller
La nouvelle a été annoncée par une campagne virale sur Internet : les célèbres bébés d'Evian sont de retour. D'abord le 3 juillet sur You Tube dans le monde...
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

 
 
STRATÉGIES EN NUMÉRIQUE
 
 
STRATEGIES SUMMIT
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 

 
 
STRATEGIES SERVICES