Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

"Cent vingt-trois agences intéressées par l'appel d'offres de la Fédération française de football, vingt-quatre postulants. Que de temps, d'argent et d'intelligence perdue." Autant vous le dire d'emblée: ce genre de commentaires autour des compétitions d'agences, Stratégies en a très souvent reçu. Il est même arrivé, parfois, qu'un publicitaire plus courageux qu'un autre prenne la plume pour partir publiquement en guerre sur ce thème éminemment sensible. En revanche, nous n'avions jamais eu le point de vue d'un annonceur, et pas des moindres, sur le sujet. Peut-être parce qu'il y a cette éternelle croyance que tout annonceur qui se respecte doit pressurer ses "fournisseurs"...

Grâce soit donc rendue à Laurent Sacchi, directeur de la communication de Danone, de "mettre les pieds dans le plat", comme il le dit joliment, dans une tribune qu'il nous a fait parvenir la semaine dernière (lire en page 8). Un annonceur qui démonte – et dénonce – en détail le mécanisme de la "compétitionnite aiguë", voilà qui est suffisamment rare pour être souligné.

Je vous laisse découvrir son point de vue, qui tient en trois points clairement démontrés: l'abus de compétitions détruit de la valeur économique, il détruit aussi de la valeur intellectuelle et, pire que tout, de la valeur humaine.

Laurent Sacchi le reconnaît volontiers: sa voix est un peu "discordante dans l'univers des annonceurs corporate". Elle est d'autant plus intéressante que, mis à part un court passage en agence, Laurent Sacchi a fait toute sa carrière chez l'annonceur, notamment chez Danone. J'avais donc raison d'écrire ici, la semaine dernière, au sujet de la rentrée: "Be Happy!"

Envoyer par mail un article

"Compétitionnite" aiguë

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.