Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Autrefois, les garçons qui avaient dix-huit ans partaient à l'armée. Désormais, ils pourront s'abonner gratuitement à un quotidien. Remarquez, les filles aussi. Au total, chaque année, près de 400 000 jeunes pourront ainsi s'initier à la presse dès leur majorité.
Il s'agit, vous le savez, de l'une des mesures les plus médiatiques engendrées par les états généraux de la presse (lire page 12). L'une des plus sexy aussi, avec la promesse de doubler la part des investissements publicitaires de l'État dans la presse. Ajoutez-y une batterie de mesures comprenant notamment certaines déductions fiscales jusqu'à présent réservées aux fondations, et on se dit que Nicolas Sarkozy a plutôt bien réussi son tour de passe-passe. En tout cas, nul n'en doutait vraiment, la semaine dernière, en voyant la mine réjouie des éditeurs sortir de l'Élysée après l'annonce des mesures. Finalement, l'argent, en l'occurrence 600 millions d'euros sur trois ans, achète bien des choses, surtout en période de crise.
Est-ce que ces mesures sauveront la presse ? Est-ce qu'elles contribueront à impulser des idées nouvelles aux éditeurs ? Leur permettront-elles d'innover autant qu'ils le devraient ? Bien sûr que non. Le secteur a tellement de mal à se remettre en cause. On peut douter de sa capacité à le faire pour quelques euros. Mais, pour tout dire, cela ne semble pas forcément le problème. Bernard Tapie disait qu'il ne servait à rien d'acheter un journal puisqu'on pouvait se payer facilement un journaliste. Après la suppression de la publicité sur la télévision publique, Nicolas Sarkozy, lui, a réussi le tour de force de mettre dans sa poche un pan entier des médias, et non des moins influents. Belle leçon de réalisme politique.

Envoyer par mail un article

Prends l'oseille

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.