Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

C'est moche

19/03/2009 - par Olivier Mongeau, rédacteur en chef

"Je ne suis pas optimiste concernant ce qui se passe dans le secteur de la presse écrite : c'est moche et cela va devenir encore plus moche. De grands journalistes vont perdre leur travail et des villes vont perdre leur journal."

 

Ce jugement lapidaire, rapporté par l'AFP, émane de Steven Johnson, un éditorialiste américain qui s'exprimait vendredi 13 février au festival South by Southwest Interactive, consacré aux nouvelles technologies, à Austin (Texas).

 

Pour lui, c'est clair : le papier va disparaître, nous changeons d'ère ; les groupes médias ne devraient pas essayer de retarder cette révolution, mais au contraire de l'accélérer.

 

Car la fin du papier ne signifie pas nécessairement la fin du journalisme. Et, à Austin, Steven Johnson s'est même dit "optimiste pour l'avenir des médias d'information". Adieu le print, bonjour les blogs, le journalisme citoyen, le contenu ciblé et communautaire, Facebook et autre Twitter...

 

Les derniers chiffres en provenance des Etats-Unis tendent à valider cette analyse. La presse a été durement frappée par la crise de la publicité en 2008.

 

Selon le bilan établi par Nielsen, les suppléments dominicaux de la presse locale ont été les plus touchés (-11%), suivis de la presse locale (-10,2%), des journaux nationaux (-9,6%), des magazines nationaux (-7,6%) et des magazines locaux (-3,7%).

 

"Vu l'état de l'économie américaine, un déclin des dépenses publicitaires était attendu, mais il n'est pas aussi fort qu'il aurait pu l'être", a commenté un porte-parole de Nielsen dans un communiqué. Ah bon... On n'ose imaginer la physionomie du bilan 2009...

Envoyer par mail un article

C'est moche

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.