Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Où va la presse? La question est sur toutes les lèvres, en ce début d'année 2009, au moment où Stratégies publie son traditionnel bilan presse. Les principaux indicateurs, diffusion et publicité, sont mauvais. Beaucoup d'éditeurs s'interrogent sur leur pérennité, les observateurs allant jusqu'à prédire un nettoyage en profondeur du secteur. Dans une interview publiée le 20 mars par le quotidien Le Monde, l'ancien patron du groupe Prisma (Capital, Géo, Gala, etc.), Axel Ganz, anticipe la disparition d'un tiers des magazines d'ici à dix ans, affirmant que les médias ont «péché» en installant la gratuité sur Internet.

Ce n'est par un hasard si, partout dans le monde, le retour à un modèle payant est évoqué, avec les difficultés que l'on connaît par cœur: comment faire machine arrière maintenant que le pli de la gratuité est pris, comment imposer de nouvelles habitudes alors que le temps presse et que les caisses se vident?

En même temps, il faut bien admettre que si la presse souffre, elle n'est pas la seule. Des pans entiers de l'industrie et des services sont en crise et on voit mal comment les médias passeraient entre les gouttes. «Vous n'êtes pas seul», dirait un certain président des États-Unis, même si cela n'a rien de rassurant.

La vraie difficulté pour la presse, c'est que la crise se double d'une révolution structurelle. Les modèles économiques changent, de nouveaux acteurs apparaissent.

La bonne nouvelle de l'année écoulée fut la tenue des états généraux de la presse, avec la première vraie prise de conscience qu'il fallait bouger. Jusqu'à présent, rien de très concret n'en est encore sorti. L'impatience est mauvaise conseillère, mais vivement la suite!

Envoyer par mail un article

Bilan presse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.