Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

E-paradoxe

17/09/2009 - par Olivier Mongeau

Les ventes sur Internet ignorent la crise. Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), elles ont bondi de 25% entre le premier semestre 2008 et le premier semestre 2009, à 11,3 milliards d'euros. Par rapport au second semestre 2008, la hausse est certes plus modeste (+2,5%), mais demeure cinq fois plus importante que la consommation des ménages (+0,5%).

Ce bon résultat est notamment lié à l'arrivée de nombreux nouveaux sites marchands, auxquels on doit plus de la moitié de la croissance des ventes en ligne. Leur nombre a en effet augmenté de presque un tiers, pour s'établir à 56 000.

Autre facteur : l'accroissement du nombre de cyberacheteurs. On en dénombre désormais 22,5 millions au deuxième trimestre (+7% sur un an), selon l'Observatoire des usages Internet de Médiamétrie.

À périmètre constant, pour jargonner finances, c'est-à-dire sans les nouveaux sites et les nouveaux cyberacheteurs, le commerce électronique aurait enregistré une croissance de 6%.

Plus de cyberacheteurs, cela signifie davantage de commandes (les transactions par carte bancaire ont augmenté de 35%, s'établissant à 110 millions pour la période), mais un panier moyen plus faible : le montant moyen des transactions a baissé de 4%, à 89 euros, contre 93 euros au premier semestre 2008.

Ce boom des ventes en ligne survient alors que le baromètre annuel ETO/Market Audit met en lumière une augmentation importante chez les internautes du sentiment d'intrusion des marques et enseignes dans leur vie privée – c'est l'avis de 40% d'entre eux, contre 29% en 2008 (lire page 20). Vous avez dit «e-paradoxe» ?

Envoyer par mail un article

E-paradoxe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.