Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Encore quelques jours pour peser sur Copenhague

03/12/2009 - par Delphine Masson

Les Français sont peu rassurés par les dirigeants à propos des enjeux climatiques.

Quelle est la perception des Français sur les grands enjeux du changement climatique ? Dans quel état d'esprit appréhendent-ils le sommet de Copenhague ? A quelques jours de ce grand rendez-vous planétaire (du 7 au 18 décembre), Les Ateliers de la terre, cercle de réflexion et d'échange sur le développement durable, a choisi de sonder l'opinion avec Médiascopie.

L'institut a appliqué sa méthodologie maison : faire réagir les Français à cent mots les plus fréquemment rencontrés pour parler du réchauffement climatique. Des mots jugés rassurants, inquiétants, importants ou secondaires et qui permettent, au final, de dégager les menaces, les défis, les solutions et les acteurs les plus crédibles pour sauver la planète.

Les résultats dévoilent des Français plutôt réservés ou attentistes au sujet du sommet danois. Certes, l'enquête les dit favorables à une mobilisation : ils appellent de leurs voeux «une coopération mondiale sur le climat» s'organisant autour de structures spécifiques (création d'un fonds vert mondial ou d'une organisation mondiale de l'environnement) et d'un cadre précis (régulation contraignante, objectifs chiffrés).

Ce qui pourrait être une définition du sommet de Copenhague. Mais les sondés se disent aussi peu rassurés par les «dirigeants politiques», les «industriels», par la Russie, Vladimir Poutine ou la Chine. Autant d'acteurs qui inquiètent tout en étant qualifiés de secondaires.

Font-ils davantage confiance à l'action individuelle ? Pour eux, la mobilisation est attendue à tous les étages : mondial, européen, national et local. Mais le citoyen a une place de choix. Il entend jouer un rôle majeur alors que «la conscience écologique individuelle est, significativement, jugée plus importante que la conscience écologique des Etats», note Médiascopie.

Les sondés, qui placent les consommateurs parmi les acteurs les plus crédibles pour faire bouger les lignes, accordent par ailleurs un intérêt tout particulier pour les solutions concrètes qui jalonnent leur quotidien. Parmi celles qui les rassurent le plus, se trouvent la «voiture électrique», la «maison verte» et «la maîtrise de la consommation des emballages, de l'énergie et de l'eau». Des réactions qui montrent, à nouveau, combien sont jugés essentiels le rôle et la responsabilité individuels.

In fine, l'enquête éclaire le peu d'enthousiasme soulevé par le sommet de Copenhague. La mobilisation de l'opinion publique est, en effet, plutôt faible, même si tout peut évoluer dans les derniers jours. A quelques exceptions près, les multiples pétitions censées peser sur les négociations n'ont pas été à la hauteur des espérances.

Déception au WWF qui a lancé en novembre «votre planète» un nouvel outil de mobilisation en ligne. Ou encore chez MSN, Terra Nova et lemonde.fr, à l'origine d'un «pacte de Copenhague» soumis à pétition. Problème d'information et de communication, comme l'indique Eric Bazin, le cofondateur des Ateliers de la terre (lire ci-dessous) ?

Visiblement, le sujet, trop technique et trop abstrait, n'intéresse que quand il est associé à des «pipoles», comme ce fut le cas pour le «concert de l'ultimatum climatique» du WWF organisé le 22 novembre avec Zazie, Yannick Noah et Bernard Lavilliers. Un succès.

 

Parole d'expert

 

Eric Bazin, co-fondateur des Ateliers de la terre

«Manifestement, les politiques ont mal communiqué sur le sommet de Copenhague, comme sur la taxe carbone, fortement rejetée des Français selon l'étude, avec son nom mal choisi et donc mal compris, malgré tous les efforts de Jean-Louis Borloo dont les Ateliers de la terre partagent le courage et l'optimisme. Ces événements ou mesures sont perçus comme lointains, abscons. Il a manqué de messages forts et simples, d'exemples concrets applicables à la vie quotidienne des citoyens et des consommateurs. Les politiques ont fait de Copenhague un sujet trop technique. Ils doivent apprendre à donner envie, envie d'y croire et de se mobiliser.»

Envoyer par mail un article

Encore quelques jours pour peser sur Copenhague

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.