Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Une succession très Michelin », titrait le quotidien La Montagne dimanche 30 mai, en une d'une édition spéciale consacrée à la disparition brutale d'Édouard Michelin (lire en page 19), le patron du groupe. Le Parisien, de son côté, pourrait très bien écrire, demain, « une succession très Amaury », après le décès d'un autre capitaine d'industrie qui a marqué son temps : Philippe Amaury, président du groupe qui porte son nom, l'éditeur, entre autres titres, du Parisien et de L'Équipe (lire en page 6).

À Clermont-Ferrand comme à Saint-Ouen, les groupes Michelin et Amaury ont en commun d'avoir réussi à délivrer un seul message : en dépit de la tristesse attachée à la disparition du premier des leurs, la vie continue, l'entreprise est entre de bonnes mains, sur de bons rails... Tout a été mis en oeuvre pour garantir son avenir et celui de ses salariés. Belle leçon de communication de crise et, surtout, jolie revanche du capitalisme familial.

Car ce fameux capitalisme familial, il faut bien le dire, n'a pas toujours été aussi exemplaire. Un patron qui disparaissait, et c'est tout l'édifice qui était fragilisé, voir menacé. Pour ne citer qu'un seul exemple, regardez ce qu'il est advenu du groupe Hersant depuis la mort de son géniteur.

Philippe Amaury n'avait certainement pas oublié le combat qu'il avait dû livrer devant les tribunaux, après la mort de son père, pour conserver le contrôle du groupe familial. On connaît la suite et son parcours. Mais la mort de Philippe Amaury et celle d'Édouard Michelin nous rappellent surtout que la vraie réussite d'un entrepreneur est de faire en sorte que l'entreprise continue d'exister et de prospérer même après sa mort.

Envoyer par mail un article

Succession stories

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.