Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

s'habiller

Café mode

13/07/2006

Hyères Forever (1er mai 2006). Quel week-end ! Des images plein la tête, un temps de folie, des rencontres prometteuses, une ambiance ineffable... Il faut que je vous raconte, même s'il est plus de 3 heures du matin et que je rêve de mon lit.

Arrivée superfraîche samedi matin après une nuit passée dans le train. Même en 1ère classe, plus jamais de train de nuit.

Je sens immédiatement que je vais aimer Hyères, sa lumière éclatante, sa vieille ville pittoresque, ses rues bordées de palmiers, ses petits vieux tout burinés. Et puis la mer, toute proche.

L'essentiel du festival a lieu à la Villa Noailles, une grande maison des années vingt conçue par Mallet-Stevens, perchée à flanc de coteau. Nous débarquons vers 10 heures, la pelouse se remplit peu à peu. Ambiance très détendue. Petit tour des salles, nous découvrons l'univers des onze créateurs en compétition, une rétrospective Ann Demeulemeester, des expos de photos (Jason Schmidt et Saul Leiter). Je plane pas mal.

Autour de l'heure du déjeuner, les gens affluent, se vautrent en grappes sur la pelouse ensoleillée, et là je me tape un gros coup de stress. J'ai promis un reportage photo des looks des festivaliers à mon bureau de style, mais je me sens soudain très intimidée par la faune présente. C'est qu'ils ont mis le paquet ! Je ne sais pas où donner de la tête. Et leurs manières de poseurs ne me mettent pas en ­confiance. C'est le public des défilés, sauf qu'à Paris, pendant la fashion week, on ne fait que se croiser. Là, tout ce petit monde reste agglutiné des heures durant dans le même jardin. J'ai l'impression d'être au zoo. Je reste figée sur ma chaise de jardin, appareil au poing, pétrifiée. Plus je les observe, plus ils m'effraient. M. se moque gentiment de moi : welcome to the fashion world ! Les quelques tentatives auxquelles je me risque ne font que renforcer mes craintes : les réactions ne sont pas les mêmes que dans les rues parisiennes, les gens daignent à peine m'adresser la parole, ne manifestent aucune curiosité, sourient avec condescendance. [...]

http://cafe-mode.hautetfort.com

Envoyer par mail un article

Café mode

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.