Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le billet : une nouvelle marque, Louyiveiten

15/02/2007 - par Olivier Mongeau rédacteur en chef(omongeau@reedbusiness.fr)

Un caillou s'est peut-être glissé dans les souliers Berluti du PDG de Louis Vuitton. Un certain Wang Jun, un homme d'affaires du centre de la Chine, prétend revendre au maroquinier de luxe le droit à son propre nom traduit phonétiquement en chinois pour 15 millions de dollars. Le service juridique de LVMH, qu'on imagine bien outillé, n'est pas parvenu à empêcher l'enregistrement de la marque Louyiveiten en caractères romains et de son équivalent en caractères chinois, dont la transcription est Luyiweideng, auprès du Bureau national de la propriété intellectuelle. Incroyable, mais vrai : Louis Vuitton n'avait pas déposé sa marque pour tous les domaines de son activité, tels les emballages des biens ou le commerce électronique, selon divers articles de la presse chinoise cités par l'AFP. Un comble pour une entreprise qui dépense autant d'énergie pour lutter contre la contrefaçon dans cet empire du Milieu où elle réalise, comme tous les ténors de l'industrie du luxe, une part importante et croissante de son chiffre d'affaires. La direction de Louis Vuitton se refuse pour l'heure à tout commentaire et fait savoir que l'affaire est « en cours d'examen ». La mondialisation, c'est aussi celle de l'insécurité juridique.

Envoyer par mail un article

Le billet : une nouvelle marque, Louyiveiten

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.