Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le Big Mac a quarante ans. Et Jim Delligatti, l'un des premiers franchisés de McDonald's, aujourd'hui âgé de quatre-vingt-neuf ans, semble n'être toujours pas revenu du succès de son « invention » (deux steaks hachés entre trois pains au sésame, avec du cheddar fondu, des oignons, des cornichons, de la salade et de la sauce, faut-il le rappeler ?) : « Il y a quarante ans, je n'aurais jamais pensé que ma création allait faire partie de l'héritage culturel américain », explique-t-il ces jours-ci dans les médias. Il a inauguré pour l'occasion un restaurant-musée du Big Mac à North Huntingdon, près de Pittsburgh en Pennsylvanie, rapporte l'AFP. Tout à la fois icône de McDo, emblème de la culture populaire américaine et symbole de la malbouffe, le Big Mac est aussi l'un des principaux « objets » de la mondialisation. Le célèbre double hamburger est en effet vendu dans une centaine de pays (550 millions sont écoulés chaque année rien qu'aux États-Unis) et son prix est même devenu... un indice économique. Le très sérieux magazine The Economist a en effet créé le Big Mac Index, qui compare le pouvoir d'achat d'une monnaie par rapport au dollar. Une sorte de consécration. Mais que fait donc Michael Moore ?

Envoyer par mail un article

Le billet : Big Jim

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.