Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Journée sans quotidiens, mardi 20 novembre. Avec une pensée pour tous les stagiaires journalistes qui avaient prévenu leur famille que leur premier papier passerait ce jour-là. Cette fois, les quotidiens nationaux étaient absents des kiosques en raison d'un mouvement de grève contre la réorganisation des Nouvelles Messageries de la presse parisienne (NMPP), qui prévoit 350 suppressions de postes. À l'arrivée, au moment où le public a justement besoin de ses journaux pour comprendre la crise qui le secoue, c'est une « journée sans » de plus...

Masochisme

Longtemps nous nous sommes levés de bonne heure pour fêter des journées thématiques plutôt positives, comme la Journée de la femme ou celle de la liberté de la presse. Depuis quelque temps, la tendance s'est nettement inversée, avec la multiplication des journées sans. Journée sans tabac, Journée sans voiture, Journée sans achat, Journée sans pub, sans parler des « journées sans » un peu douteuses, comme cet appel à la Journée sans Sarkozy dans les médias du 30 novembre prochain. Et je vous passe les journées sans transports en commun.

Que penser d'une société qui multiplie les journées sans ? D'abord, qu'elle est visiblement assez déprimée, ce que l'on savait déjà. Une journée sans, c'est tout de même beaucoup moins « appétent », comme on dit dans le marketing, qu'une journée avec. De plus, organiser des journées sans quand on n'a déjà pas grand-chose, c'est aussi une forme de masochisme. Un peu comme si nos ­sociétés fonctionnaient à la manière de ces jeunes filles qui s'obligent à vomir après le repas. Un Raymond Devos aurait certainement prié pour que tout cela ne se termine pas dans le sang.

Envoyer par mail un article

Journées sans

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.