Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Petit minoritaire, petit con. Gros minoritaire, gros con. » Cet axiome, dont la paternité est attribuée au truculent milliardaire belge Albert Frère, on se gardera bien de l'appliquer à la position de Vincent Bolloré chez Aegis. Après tout, l'industriel est plus connu pour son flair que pour ses faux pas. Pourtant, la stratégie du patron d'Havas à l'égard du groupe britannique d'achat d'espace et de conseil médias, dont il détient à ce jour 29,9 %, ne laisse pas d'intriguer. Elle alimente les rumeurs et, régulièrement, provoque les impatiences. Comme la une de l'hebdomadaire britannique Campaign, la semaine dernière, annonçant une offre imminente sur Aegis. Preuve d'une certaine fébrilité sur le sujet, la City a réagi illico, faisant flamber le cours d'Aegis. « Spéculation mal informée », a tempéré « un proche de Vincent Bolloré » cité par Reuters sous couvert d'anonymat. Une précaution dans laquelle certains ont vu autre chose qu'un pur et simple démenti...

Depuis des mois, Vincent Bolloré essaie vainement d'obtenir des sièges au conseil d'administration d'Aegis. Et répète inlassablement qu'il n'aura de cesse de parvenir à ses fins. Le mieux ne serait-il pas de lancer une OPA ? Cela aurait le mérite de la clarté. Au risque, certes, d'une bagarre boursière. Car il va sans dire que Maurice Lévy, chez Publicis, comme Martin Sorrell, chez WPP, gardent un oeil sur le dossier Aegis. Un dossier qu'ils connaissent parfaitement pour avoir détenu, l'un comme l'autre, des intérêts dans le groupe britannique, avant de jeter l'éponge à l'automne 2005. Jamais deux sans trois ?

Envoyer par mail un article

Axiome

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.