MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Votre Flux Rss Stratégies Idées / Tribunes
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

Lames de fond

Mobilis in mobile

19/02/2016 -

Rangé des émoticônes devant Snapchat, abasourdi par l'implacable destin qui s'acharne sur Yahoo, Stéphane Distinguin ne s'avoue pas vaincu et engage les vieux du web à remettre de l'ouverture dans les apps.

© AFP/Frank May/Picture Alliance/DPA

Une chronique c’est regarder le temps qui passe, non? Le nouveau qui vient, l’ancien qui part. Comme des mouvements plus ou moins perceptibles qui forment des tendances. Parfois des lames de fond.

Le nouveau d’abord. Ces temps-ci, c’est la réussite insolente, hallucinante, de Snapchat qui talonne Facebook par le nombre de vidéos que ses utilisateurs visionnent chaque jour: près de… 7 milliards. 7 milliards, autant que d’humains sur Terre.

Snapchat, vous connaissez. Une licorne parfaite, de lignée exceptionnelle, née à Stanford, créée en 2011 par deux étudiants, Evan Spiegel et Bobby Murphy, âgés respectivement de 20 et 22 ans. Réseau social de partage de photos et de vidéos, il a deux grandes particularités. La première, les publications ne sont disponibles que pour une durée limitée, elles sont éphémères et comme un message de Mission impossible, s’autodétruisent. La seconde, bijou de «digital folklore», Snapchat offre une interface, des filtres, des émoticônes, des interactions avec les images qui font le bonheur de ses membres. 

Rangé des émoticônes

Sa réussite la plus flagrante, Snapchat la connaît chez les plus jeunes des utilisateurs des réseaux sociaux. A tel point qu’un des journalistes de Buzzfeed, déjà pratiquant du réseau, vieux de seulement 29 ans, se sent obligé de demander à sa petite sœur de lui apprendre à utiliser l’application de partage d’images. Il en a fait un bon article la semaine dernière: My Little Sister Taught Me How To “Snapchat Like The Teens”. Et je le comprends d’autant mieux que parmi les plus de 100 millions d’utilisateurs actifs de Snapchat je me sens – sans doute pour la première fois – largué. Inapte. Rangé des émoticônes. Ce réseau c’est l’avenir, pour sa base et ses usages. Tout s’y invente et le concept de l’ «éphémérité» est d’une richesse et d’une fraîcheur sans équivalent pour ceux qui partagent, diffusent et créent. Les médias s’en emparent, les agences de publicité aussi, à l'instar de WPP qui à nouveau pousse son modèle, très pertinent, de participations minoritaires au sein de projets très porteurs. WPP s’est en effet associé à Snapchat pour créer une régie créative, Truffle Pig en juin 2015. 

L’ancien maintenant. Yahoo se meurt, en tout cas, n’en finit plus de décevoir et son PDG, la superstar Marissa Meyer est impuissante. Avec Snapchat, la différence est criante. Celle-ci est d'ailleurs la première des sociétés de ce profil que Yahoo n’a pas cherché à acheter. Yahoo avait manqué de peu d’acquérir Google et Facebook. Là, avec 25 milliards de valorisation contre déjà 16 milliards pour le petit nouveau, la star du web 1.0 n’a simplement pas les moyens de l’avaler. 


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

 
 
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 
APPELS D'OFFRES AVEC 


Consultez les appels d'offres publics du secteur du marketing, des médias et de la communication

 
 

 
FORMATION AVEC

Toutes les formations et conférences
 
 

Abonnez-Vous à Stratégies