Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Storytelling

Le temps presse, le temps stresse

22/03/2017 - par Gilles Deléris, président et cofondateur de l'agence W

Ceci n’est pas une énième plainte. C’est un plaidoyer qui s’adresse aux clients, ceux sans qui nous n’existerions pas. Non, non, ne quittez pas ! Il ne s’agit pas d’argent. Il s’agit du temps. Le temps, c’est tout le sujet… Celui dont on dispose, de plus en plus court, pour répondre aux questions qui nous sont adressées. Quelle chance pourtant de travailler dans les industries créatives ! Nous sommes, annonceurs et agences, engagés dans cette voie, enthousiastes à l’idée de proposer ensemble les réponses les plus inventives à des problématiques de communication.Seulement voilà… La morosité, les transformations violentes des modèles économiques, la tension à laquelle trop de secteurs d’activité sont exposés ont des conséquences.Celles que l’on surmonte, car nos professions sont solidaires et aux premières loges pour comprendre les enjeux complexes qu’il s’agit d’affronter.Celles qui nous inquiètent, car nous sommes démunis. C’est de celles-ci dont il est question. Il faut dire et décrire l’inquiétude réelle qui s’empare des équipes et plus encore des équipes créatives lorsque leur est soumis un brief sans délai pour y répondre. Imaginons une page blanche comme son angoisse éponyme… la peur terrible de ne pas y arriver… Un sentiment de culpabilité qui se diffuse comme de l’encre imbibe un buvard. Sauf que la tâche est blanche. Sauf que la tâche reste entière. Si seulement j’avais un peu plus de temps… L’angoisse s’installe. Ceux qui y ont été confronté savent qu’elle provoque, selon le tempérament, des réactions diverses. D’abord une panique qui paralyse. La culpabilité précède l’abattement. Ne pas avoir d’idée est une blessure narcissique violente quand le métier consiste à en fourmiller. L’estime de soi est au plus bas. Le doute s’installe. Un fétu de paille traverse le désert de votre cerveau. Le silence est assourdissant. Il obsède. Il tient éveillé, mais le stress le rend encore plus insondable. Chaque seconde qui passe vous épuise en même temps qu’elle vous rapproche du rendu final. Après la culpabilité, le désarroi ou la honte vous tétanisent. Je n’y arriverai jamais… Puis l’adrénaline qui électrise. Je m’enflamme et fonce à toute allure. Les neurones s’agitent comme une poule sans tête se heurte aux limites du poulailler. Ils courent, ils s’ébrouent, ils se percutent, mais rien ne sort de cette cavalcade désordonnée. La ligne droite se transforme en labyrinthe et la question posée, en Minotaure. Il profitera de votre gesticulation intérieure pour mieux vous dévorer. Bouffées de chaleur, palpitations, transpiration, sueurs glacées, irritabilité. Dans un cas comme dans l’autre, dans un sens ou dans l’autre, les symptômes sont les mêmes. Je suis perdu, je m’effondre puis je hurle, je désigne des coupables, la vacuité du brief, l’inconséquence de mes collègues qui ont accepté un tel timing. Du bruit, de la fureur… Les murs tremblent, les portes claquent. De l’abandon ou de l’agitation, mais toujours pas de solution. Il faut du temps. Il n’y en a pas. La vitesse est un marqueur de l’époque. L’instantané s’est érigé en norme, en pré requis du service et de la modernité. Le numérique a aboli l’attente. Nous avons externalisé nos fonctions mémoire aux ordinateurs, à Amazon ou à Google. Temps de requête moyen : une demi-seconde. Nous sommes entrés dans l’ère du claquement de doigt. Je clique donc j’obtiens.Cet âge de l’accès transforme tout. Mais sur le terrain de l’imagination, de l’invention et des idées, rien n’a changé. Notre mécanique mentale, qui fonctionne pourtant à la vitesse neuronale, poursuit ses explorations multiples. Réfléchir, c’est capter la lumière et la restituer. C’est tester, comparer, hésiter, revenir sur ses pas, se perdre, tout jeter, recommencer…

Il faut une pause. En musique, on appelle ça un silence. Sans silence, la musique tourne au vacarme. Pour les idées, c’est un peu pareil. Il faut qu’un ange passe, tranquille, pour laisser reposer l’âme. Dans la cuisine créative, il faut que les heures filent pour que la pâte lève.Les idées, chacun le sait, ne naissent pas sur commande. L’imagination est un muscle qu’il faut entrainer et qui donne le meilleur après de longues séances d’échauffement.Il faut du temps. C’est le cadeau le plus précieux à offrir à tous ceux qui font des idées leur métier. La dictature de l’urgence conduit à des solutions toutes faites. Le temps, c’est de l’or pour emprunter les chemins de traverses qui nous mènent là où personne ne songeait arriver. Juste un peu plus de temps. Non pas l’éternité. Elle engourdit l’énergie et l’élan vital. L’enthousiasme s’enlise dans le confort de la vie devant soi.Mais il n’y a rien à gagner à gouverner dans l’urgence. Les agences sont bourrées de talents qui ne demandent qu’à donner le meilleur. S’ils pleurent, ce n’est pas parce qu’ils doivent y passer leurs nuits et leurs week-ends, c’est parce qu’ils redoutent par-dessus tout de ne pas trouver l’idée magique, de vous décevoir, faute de temps. Le temps, c’est leur carburant. Il leur en faut davantage pour aller plus loin avec vous. En leur en donnant un peu plus, ils le rendront au centuple. Il faut leur faire confiance, ils n’en abuseront pas. Ils le rempliront d’idées neuves et ambitieuses, de propositions jubilatoires, de réponses étourdissantes, de celles qui permettront à leurs clients de reprendre le quart d’heure d’avance, ces quelques minutes précieuses qui ont toujours fait le succès des grandes marques et celui des entreprises.

Envoyer par mail un article

Le temps presse, le temps stresse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies