Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tribune

Les 1000 visages du switch dans le monde du travail

06/02/2018 - par Sophie Wigniolle, co-présidente worldwide du cabinet Eric Salmon & Partners

Sauter d'un poste à l'autre, changer d'entreprise voire d'univers, le switch ne concerne pas seulement la génération Y. Pour les recruteurs, ce phénomène implique de savoir débusquer le candidat dont le profil se mariera le mieux à l’entreprise.

Récemment, un nouveau mot à la mode est apparu dans le dictionnaire des recruteurs : le switch. A l’ère du switch, les salariés sautent d’un poste à un autre, d’une entreprise à une autre, basculent dans un projet professionnel totalement différent. Ce terme, nous l’associons volontiers à la fameuse génération Y, intrépide et éternellement insatisfaite, qui accumule les lignes sur son CV là où ses prédécesseurs se contentaient d’une carrière plus linéaire. En réalité, ce phénomène de switch est une tendance de fond dont les ramifications transcendent les frontières générationnelles.

Le digital aux commandes

Le monde bouge ? Pour évoluer dans son sens, les entreprises décident depuis quelques années d’accorder leur confiance aux professionnels issus du digital. Alexandre Bompard a séduit Carrefour grâce à sa transformation de la Fnac pour contrer les pure players. Le même Alexandre Bompard a ensuite recruté Marie Cheval, remarquée pour son travail au sein de la banque en ligne Boursorama. Désormais directrice exécutive clients, services et transformation digitale de Carrefour, sa mission est d’accélérer l’activité numérique du mastodonte de la grande distribution. À de nombreux égards, Marie Cheval incarne la « switcheuse » parfaite : cette ancienne inspectrice des finances a rapidement quitté le secteur public pour celui de la finance. À 43 ans, elle redevient presque une débutante dans le monde de la grande distribution.

Corporate et entrepreneuriat se rapprochent

À l’heure de la « start-up nation », les basculements entre les mondes du corporate et de l’entrepreneuriat se multiplient et se normalisent. Nombre de grandes entreprises passent à l’offensive en forgeant des partenariats. L’Oréal s’est associé à Station F, le campus de start-up de Xavier Niel. Station F accueille aussi le Startup Garage de Facebook, le Plug and Play de BNP Paribas et la Digital Factory de Thales. L’objectif pour les dirigeants est de recruter à terme ces jeunes entrepreneurs dotés d’une forte adaptabilité et capables de rajeunir l’image d’entreprises dont l’étoile a pâli.

À cet égard, l’intrapreneuriat cumule les bons points. Mélange entre interne et entrepreneuriat, il offre la possibilité au collaborateur de mener un projet innovant sans changer de statut dans l’entreprise, réalisant ainsi un switch en douceur. Certaines entreprises voient dans l'intrapreneuriat un moyen de retenir, motiver les collaborateurs et nourrir l’innovation au sein de l’entreprise. Dès 2015, la BPI a soutenu l’intrapreneuse Cécile Brosset dans la création du Hub, une plateforme visant justement à connecter les grandes entreprises aux start-up.

Allers-retours entre privé et public

Le gouvernement actuel est composé de nombreux « switcheurs » : Florence Parly, ministre des Armées et ex-directrice générale de SNCF Voyageurs et ex-DGA d’Air France, Elisabeth Borne, ministre des Transports et ex-PDG de la RATP, le député LREM Gilles Le Gendre, ex-directeur de la communication de la Fnac. La dernière élection présidentielle a également amplifié la logique inverse : le candidat des Républicains, François Fillon, est à présent associé dans la société de gestion d’actifs Tikehau Capital, tandis que l’ex-sénatrice de Paris Chantal Jouanno est devenue… chasseuse de tête.
Du point de vue du chasseur de tête, recruter à l’heure du switch implique de se fier de plus en plus à son instinct et à son expérience. Les talents osent ne plus se contenter d’une seule case et cocher de multiples compétences. À nous de débusquer le candidat dont le profil, qui ne correspond pas toujours au poste, se mariera à l’entreprise pour transformer, innover et disrupter. En bref, plus que jamais, la valeur ajoutée de notre métier repose sur la capacité à bouger et à faire bouger.

Envoyer par mail un article

Les 1000 visages du switch dans le monde du travail

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.