Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'identité nationale coupe la France en deux

12/11/2009 - par Marc di Rosa

64% des Français estiment que le débat sur l’identité nationale est électoraliste.

Pour soulever un débat passionné parmi les Français, il n'est pas nécessaire de parler de leurs priorités. Deux ans et demi après l'élection de Nicolas Sarkozy, le chômage représente la principale préoccupation de 82% de nos concitoyens, tandis que la politique d'immigration et de promotion de l'identité nationale arrive en huitième et dernière position avec 12% des sondés, selon une étude BVA pour La Matinale de Canal+ du 4 novembre.

Pourtant, le débat sur l'identité nationale lancé par Éric Besson a suscité un vif intérêt dans le grand public et les médias. Un engouement, mais pas un jeu de dupes. Pour 54% des Français, la démarche du ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale est jugée importante, en même temps qu'ils sont 64% à considérer que l'objectif du gouvernement est de mobiliser ses sympathisants pour les prochaines élections régionales, d'après une autre étude BVA pour La Matinale de Canal + du 29 octobre.

Diviser l'opposition

«Le jugement des Français est complexe et s'articule autour de ces deux tendances [l'importance et la démarche électoraliste], analyse Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA. Elles sont réversibles et aucune ne l'emporte sur l'autre.»

Selon leur couleur politique, les médias ont privilégié l'une ou l'autre de ces deux interprétations. «Le Figaro a mis en avant les 54%, alors que L'Humanité pointait les 64%, raconte Gaël Sliman. Mais, même si c'est pour le dénoncer, tous les médias ont traité ce sujet.»

Ce débat sur l'identité nationale a eu pour effet de fédérer les sympathisants de droite (73% d'entre eux l'estiment important) et de diviser ceux de gauche (important pour 43% d'entre eux, pas important pour 57%). «Après les polémiques sur Frédéric Mitterrand et Jean Sarkozy, ce sujet porté par un dissident socialiste a été adroitement employé à quelques mois d'une échéance électorale», estime Gaël Sliman.

Deux des propositions évoquées par Éric Besson n'enthousiasment guère nos compatriotes. L'instauration d'une cérémonie plus solennelle lors de l'accession à la nationalité française et l'obligation pour les jeunes de chanter LaMarseillaise une fois par an ne recueillent que respectivement 31% et 23% d'opinions favorables.

En revanche, ils sont 62% à soutenir le contrat d'intégration pour les immigrants, qui les engage à améliorer leur pratique du français et leur connaissance des valeurs de la République. «À long terme, ce genre de pratique politique ne s'essoufflera que si les journalistes et l'opposition s'abstiennent de réagir», estime Gaël Sliman.

Envoyer par mail un article

L'identité nationale coupe la France en deux

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.