Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Google, le discours de la méthode

09/07/2009 - par Stéphane Distinguin, fondateur et gérant de Faber Novel

La semaine dernière, invité à dîner, la maîtresse de maison, jeune professionnelle de la communication poussée au chômage par le maelstrom des budgets 2009, m'apprenait qu' «aujourd'hui, pour trouver du travail, il faut être dans l'Internet». Quel bouleversement ! Que 2001 est loin, l'année des attentats de septembre, mais aussi, pour nous les start-up, l'annus horribilis qui a connu l'éclatement de la bulle, le retour au bercail de tous les banquiers et consultants qui avaient vu de la lumière lors de la ruée vers l'or électronique. Le bébé était parti avec l'eau du bain.

J'ai connu cette drôle de sensation d'avoir été fascinant sans raison pour devenir repoussant sans plus de raison : poussière devenue pépite puis fumée. Mais maintenant, pour trouver du travail dans cette tourmente qui touche avant tout l'immobilier, les banques et la grande distribution, il faut chercher «dans l'Internet», sans parler du rôle joué par ce dernier dans ses recherches pour toutes les autres catégories d'emploi. Personne n'ose plus parler de «nouvelle économie», question d'humilité sans doute, car à n'en pas douter l'économie numérique se révèle très puissante, toujours aussi nouvelle et créatrice.

Google est le symbole de cette révolution tranquille qui, en à peine une décennie, a tout changé. C'est l'acteur qui a le mieux compris les logiques et les dynamiques propres de ce nouveau monde, ou plus exactement de cette nouvelle dimension du monde. Quarante milliards de pages Web indexées, 200 milliards de dollars de capitalisation boursière, le plus grand parc au monde de serveurs, plus de 20 000 employés, la marque considérée comme la plus puissante du monde devant Microsoft et Coca-Cola… en moins de onze ans donc.

Le secret de Google est justement qu'il n'y a pas d'autre Google. Demandez à Microsoft ou à Yahoo. Modèle à la fois rigide et parfaitement industrialisable («scalable», diraient ils), Google est aussi un modèle de développement organique : l'innovation est un flux, son management ne peut passer que par les conditions de travail (Google est sans doute la grande entreprise qui offre les meilleures).

La croissance, la maturité du grand champion de l'Internet le poussent évidemment dans des eaux où sa navigation sera moins facile. Devenu supertanker, il devient la cible des autorités antitrust, des parangons des libertés publiques, des innovateurs qui préféreront un nouveau David face à ce nouveau Goliath. C'est une autre histoire qui commence…

Mais justement, s'il n'y a qu'un Google sur Internet, pourquoi ne pas chercher à faire aussi bien là où Google n'ira pas ? Si tous les capitaux-risqueurs du monde vous déconseilleront a priori de vous trouver sur la route de Google, pourquoi ne pas le copier et prendre ce même chemin dans d'autres industries ? Se réinventer donc en appliquant des règles puissantes que nous pouvons enfin établir, car maintenant «la méthode Google» est enfin intelligible, documentée, probante.

Ces grandes règles à l'aune desquelles tout manager peut reconsidérer l'activité de son entreprise, les voici : être obsédé par la «scalabilité» (le caractère reproductible et la capacité de supporter le passage à très grande échelle) de son modèle et de son infrastructure ; miser sur les effets de réseau, et donc faire en sorte que la valeur d'usage de son activité se développe de façon exponentielle en fonction de son nombre d'utilisateurs ; toujours chérir ses données, quand bien même on ne leur trouverait aucune valeur dans l'immédiat ; ouvrir ses produits et ses services à son écosystème en favorisant leur interopérabilité et leur «usabilité» (expérience utilisateur) ; favoriser ainsi la co-création avec tous les acteurs de la chaîne de valeur de son métier ; enfin, votre modèle économique est votre Graal. Une fois trouvé, c'est lui qui doit mener votre stratégie de développement, y compris sur des domaines ou des compétences a priori éloignés de vos bases.

Alors, faute de remplacer Google, faute de créer «le Google français» – de grâce, abandonnons cette idée car alors pourquoi pas le Google de Carcassonne ou de Nogent-sur-Marne ? – remettons notre ouvrage sur le métier et libérons le Google qui sommeille dans chacune de nos entreprises. La méthode est là, son discours est une longue tradition française. Mais en innovation, plutôt que d'«être», il est d'abord et avant tout question de «faire»… A nous tous d'innover !

Envoyer par mail un article

Google, le discours de la méthode

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.