Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'entreprise n'est pas prête à gérer le suicide. Actes désespérés et personnels, les suicides sur le lieu de travail (au technocentre de Renault, chez France Télécom ou ailleurs) viennent envahir la vie de l'entreprise et mettent en accusation toute l'organisation. Le suicide dans l'entreprise, comme dans la vie intime, reste un sujet tabou, ce qui en fait un sujet de non-communication, donc hautement sensible.

Aujourd'hui, les entreprises sont démunies face au suicide et ne veulent pas l'affronter. Les directions de la communication et des ressources humaines se réfugient dans d'interminables périphrases pour éviter de faire face à la réalité et de la nommer. Combien de dirigeants refusent d'en parler, masquent les tentatives ou les gestes annonciateurs?

La communication de France Télécom est édifiante à cet égard. La direction de l'entreprise a esquivé le sujet pour éviter un phénomène de contagion qui, pourtant, a eu lieu... Tôt ou tard, l'entreprise se retrouve confrontée à la désespérante réalité et à la terrible double question «Pourquoi ?» et «Qu'aurais-je pu faire?».

En fuyant les faits, France Télécom a échoué dans la prévention. Dans ces circonstances, le silence a été de plomb et les suicides ont pu hanter les murs de l'entreprise comme des fantômes qu'on ne sait nommer.

Libérer la parole

Face au suicide, la communication de crise doit être humble et accepter d'être incertaine. Pas de règle, pas de schéma préétabli.

Cette communication est d'autant plus difficile qu'elle ramène à l'échec. L'entreprise doit d'abord reconnaître que la solution miracle n'a pas été trouvée, et que les réponses, si elles existent, ne seront pas immédiates. Les actions seront temporaires, évolutives, fragiles. Les questions et les pistes de réflexion seront plus nombreuses que les succès.

Face au suicide, les entreprises doivent libérer la parole, décloisonner les équipes, comprendre le stress des collaborateurs, repenser leur organisation et donner du sens, une perspective.

En somme, on demande aujourd'hui aux entreprises de réussir là où l'État et les politiques publiques ont échoué: la prévention du suicide. Mais c'est à ce prix qu'elles échapperont aux mises en accusation. La communication de crise ne se limitera pas à une simple réaction, qui ne peut apparaître que dérisoire, désordonnée et vaine. Elle devra aider les organisations à s'armer, à s'organiser, à faire preuve d'humilité.

Les entreprises doivent dès aujourd'hui se préparer à affronter un suicide sur le lieu de travail et mettre en place les mesures pour le prévenir. Parlons, dédramatisons, soyons humbles: tel est le défi d'une communication de prévention du suicide en entreprise.

Envoyer par mail un article

Levons le tabou du suicide

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.