Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Quand le foot se fait violence

05/11/2009 - par Bruno Fraioli

828 sujets dans les médias sur OM-PSG. Et le sport dans tout ça ?

Difficile de se faire une idée sur l'opinion des Français face à la violence dans les stades. Les sondages sur ce fléau sont inexistants. Et pourtant le sujet préoccupe. Dimanche 25 octobre, le report du match Olympique de Marseille-Paris Saint-Germain et les violences entre supporters qui ont suivi ont été au centre des médias : TNS Sport a comptabilisé 828 sujets consacrés au sujet par les radios et télévisions.

Considérée comme un «classique» du championnat de France de football, la rencontre OM-PSG donne toujours lieu à une couverture média importante. Mais cette fois, le match a généré un tiers de retombées de plus que l'an passé et trois fois plus qu'un événement sportif majeur comme le Grand Prix de Monaco de F1.

Toutefois, les études d'opinion sur ce problème sont très rares… ou ne sont pas publiées. «Oui, elles existent, confirme un responsable d'institut d'études. Mais les clients ne souhaitent pas les divulguer.» Clairement, il n'est pas dans l'intérêt des instances sportives, comme la Ligue de football professionnel (LFP), la Fédération française de football (FFF) ou les clubs d'en faire trop de publicité. La discrétion est de mise.

L'argent au centre du terrain

Et pourtant, souligne l'analyste Frédéric Bolotny, spécialiste du marketing sportif, «le foot business devrait se préoccuper sérieusement de ce problème, non pour l'image, mais pour attirer une nouvelle population dans les stades. Les clubs veulent moderniser et agrandir leurs stades, mais ils doivent aussi proposer une offre plus segmentée et viser une clientèle plus haut de gamme et familiale. Or, pour ce public, le foot est un loisir comme un autre et sur le marché de l'entertainment la concurrence est importante.»

La violence n'est pas le seul fléau. Le football souffre aussi d'une image écornée par l'argent. Le récent amendement visant à supprimer des rémunérations des joueurs les droits à l'image défiscalisés a remis le problème de l'argent dans le foot au centre du terrain.

Début 2009, selon une étude CSA publiée par Le Parisien, 78% des Français jugeaient que les joueurs professionnels de football étaient trop payés. A contrario, seuls 3% estimaient qu'ils ne l'étaient pas assez. Dans le même ordre d'idées, parmi celles proposées pour faire venir les Français dans les stades, la première citée, et de très loin, est de faire baisser le prix des billets, avec 61% de réponses.

Le règlement du problème de la violence dans les gradins ou à l'extérieur des stades n'est même pas retenu parmi les propositions. Preuve, peut-être, qu'il ne s'agit pas d'une préoccupation majeure pour les supporters. Ou que ce phénomène est malheureusement totalement intégré à l'image du football. Du coup, les enfants risquent d'être encore longtemps interdits d'aller voir jouer leur équipe favorite.

Envoyer par mail un article

Quand le foot se fait violence

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies