Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

On parie que les Français joueront ?

26/11/2009 - par Bruno Fraioli

40% des joueurs français ont misé de l’argent sur Internet.

L'ouverture du marché des paris sportifs en ligne se précise pour 2010. Le texte a déjà été voté à l'Assemblée nationale. D'ici au 11 juin, jour du coup d'envoi de la Coupe du monde de football, les Français se transformeront-ils en joueurs invétérés? Ils semblent s'y préparer, en tout cas, puisque selon Médiamétrie, près de 27 millions d'internautes âgés de plus de 15 ans ont déjà joué à un jeu d'argent, soit 87% de cette population. Mais seuls 40% d'entre eux utilisent Internet pour cette occupation.

Pour autant, les Français n'ont pas attendu la libéralisation du marché pour parier sur des matchs de football ou des rencontres de tennis. D'après une étude d'Ipsos Média, 3 millions d'entre eux s'adonnent déjà à cette passion: paris sportifs, hippiques ou poker. Mieux, 20% y consacrent 50 euros par mois. Pourtant, 68% des personnes interrogées déclarent savoir que ce marché n'est pas encore ouvert en France.

Début octobre, le cabinet Precepta évaluait le marché français des jeux en ligne entre 580 et 780 millions d'euros pour les mises «officielles». En incluant les sites illégaux, l'institut d'études remontait cette fourchette entre 2,3 et 3,1 milliards d'euros. Toujours en octobre, lors du Sportel à Monaco, Francis Merlin, consultant indépendant, estimait le marché des paris sportifs en ligne à 800 millions d'euros en 2010, et à 1,8 milliard deux années plus tard. Il chiffre à 900000 le nombre actuel de parieurs sportifs sur les sites illégaux, et estime qu'entre 30 et 35% des 27 millions de joueurs en ligne actuels seront des clients potentiels pour les sites de paris sportifs.

Une manne pour les médias

L'affaire se complique quand il s'agit de définir le profil du futur joueur en ligne. D'après l'institut Médiamétrie, il s'agirait prioritairement d'un homme jeune (entre 18 et 49 ans, et plus particulièrement entre 25 et 34 ans) et actif.

Dans son enquête, Ipsos Média avance que 27% des joueurs en ligne interrogés pourraient jouer au poker sur la Toile et 35% parier sur des résultats sportifs. Près de 31% déclarent vouloir jouer à des jeux de casino autres que le poker, qui ne seront pas autorisés par la loi.

Cette future ouverture du marché remplira surtout les caisses des médias. Francis Merlin évalue les investissements publicitaires de ce nouveau secteur à 100 millions d'euros par an au moins. Le cabinet NPA Conseil évoque, lui, "200 à 250 millions d'euros bruts par an" au cours des trois prochaines années.

Les grands clubs, en particulier le football, profiteront aussi de cette manne financière grâce au sponsoring. Les opérateurs Internet et télécoms ne seront pas en reste grâce à des accords de partage de revenus signés avec les sites, puisque 70% des paris sportifs se réaliseront en direct durant l'événement.

 

Parole d'expert

 

«Ce ne sera pas la poule aux œufs d'or»

 

Francis Merlin, consultant international en jeux en ligne.

 

«Le marché des paris sportifs en ligne ne sera pas la poule aux œufs d'or en France, car le taux de taxe fixé est trop élevé au regard du marché européen. De plus, la concurrence sera très forte: 20% des opérateurs, soit une dizaine de marques, vont concentrer 80% des mises. Ce sera la même problématique que pour le secteur des annuaires téléphoniques, les «118». Le marché français n'est pas très attractif, mais les gros opérateurs seront présents car la législation sera amenée à évoluer, notamment le taux fiscal. Le cœur de la clientèle sera constitué des 3 millions de Français déjà utilisateurs des sites illégaux, et des 18-45 ans qui possèdent une culture Internet. Mais la migration du jeu des sites physiques vers les sites en ligne sera lente.»

Envoyer par mail un article

On parie que les Français joueront ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.