Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Lipdub, vous avez dit lipdub ?

22/12/2009 - par Emmanuel Bachellerie , directeur associé de Bach & Partenaires

Devait-on en rire ? S'indigner ? Réfléchir ? Interpeller ? Se taire ? Un peu de tout cela en même temps ? Mais qu'a-t-il bien pu se passer ayant suscité autant d'interrogations des plus hauts sommets de l'Etat jusqu'au web : un lipdub. Au moins, la dernière production des juniors de l'UMP aura permis à une communauté plus élargie qu'aux geeks de savoir ce qu'est un lipdub.

 

Une fois cette séquence pédagogique dépassée, que reste-t-il de cette parodie de politique ? Et bien, justement, que ce ne fut pas une parodie mais un processus clair de communication dont l'objectif était de susciter du bouche à oreille positif et non un vacarme incontrôlable (sic !), générer des adhésions supplémentaires au premier parti de France, rendre moderne le parti du Président, lancer la campagne des prochaines élections régionales, etc.

 

L'ère actuelle et passionnante de notre métier, à nous communicants, est si exaltante, les médias si nombreux, les possibilités de distiller les bons messages aux bons publics si pléthoriques qu'au lieu de s'en servir efficacement, un nombre croissant d'organisations se prend les pieds dans le tapis sur l'autel de la gratuité, de la facilité et de l'immédiateté.

 

Car si communiquer de manière efficace, pertinente et transparente est aujourd'hui indissociable, au quotidien, de la vie politique ou de celle des entreprises tant la concurrence est vive, il n'en n'est pas moins indispensable et impératif de s'intéresser au contenu, au ton juste, à l'empathie et aux récepteurs du message émis.

 

Que vont ainsi penser les 2 630 000 chômeurs hexagonaux quand ils auront vu ce lipdub ? Que vont également penser les centaines de milliers d'étudiants qui peinent à boucler leur budget mensuel quand ils auront vu cette séquence estudiantine de 4 minutes tournée en 1ère classe d'un TGV pour le pays basque ?

 

Au-delà de nos frontières, que penseraient les lecteurs du Financial Times de voir notre ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, que leur journal a récemment élevée au rang de meilleure ministre de l'Economie de l'Union européenne, se trémousser d'un air gêné ou compassé sur un air de Star Academy ? Enfin, les votants, le public cible de tout homme ou femme politique requérant leurs suffrages, auront-ils encore l'envie ou la confiance nécessaire pour prendre au sérieux les hommes et les femmes qui ont participé à cette mascarade ?

 

Car oui, il s'agissait d'une mascarade. A lire les centaines de commentaires déposés en ligne, à écouter les innombrables commentateurs dans les médias ou à regarder les réactions de notre personnel politique, fût-il de droite ou de gauche, la mascarade est un terme sympathique. Revue de détail : "dégoulinant de bêtise", "une erreur", "j'étais consterné"... sont quelques-uns des propos de personnalités politiques de premier plan appartenant au parti de la majorité présidentielle.

 

La politique doit-elle être une mascarade pour être, aujourd'hui, prise au sérieux et être perçue comme moderne ? Le votant n'est pas idiot. Le votant sait reconnaître l'innovation du cirque. Le votant a de la mémoire.

 

Enfin, à un moment de mutation aussi important que celui que fut l'industrialisation au début du XXème siècle, les citoyens ont besoin de repères, de clarté et d'objectifs fédérateurs. Puisse la politique toujours pouvoir jouer ce rôle. Mais probablement, encore davantage aujourd'hui qu'hier, accompagnée de conseils dont le métier est de savoir à qui, comment et pourquoi parler pour faire passer tel ou tel message.

 

La mise à disposition, auprès de tout un chacun, de tous les moyens de communication, digitaux notamment, on en oublie donc l'essentiel : le message. Bien enrubanné, certes, mais le message quand même. Car si ce dernier n'est pas pensé, unique et créatif afin de susciter l'adhésion, alors l'effet poursuivi revient en boomerang dans les pieds de l'expéditeur. Et le fait vaciller, voire tomber. Pour remonter la pente, il lui faudra alors une bonne dose de patience, d'abnégation et de critiques.

 

Il reste moins de deux ans et demi avant la prochaine grande échéance électorale.

Envoyer par mail un article

Lipdub, vous avez dit lipdub ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.