Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Bienvenue au cyberconsommateur

24/03/2000

Michel Koch, directeur multimédia de France Loisirs, tient à assurer la pérennité du commerce électronique et à rassurer le client.

«Donner son numéro de carte bleue est le frein majeur du commerce électronique auprès du public, et les entreprises sérieuses ne peuvent l'ignorer. Des standards sont en train de s'imposer sur le marché de la sécurité du transit des données et particulièrement des transactions. Mais ce n'est pas suffisant. Même si les risques sont minimes par rapport aux autres moyens de paiement par carte de crédit, les entreprises d'e-commerce commencent à prendre des précautions spécifiques. Elles deviennent plus exigeantes vis-à-vis des tiers de confiance intervenant dans les transactions. On demande de plus en plus de garanties aux banques ou autres centres de paiement, engagements qui s'ajoutent aux garanties par défaut de la carte bleue. (...) Une pratique fréquente consiste à assurer son site auprès de spécialistes (comme Fianet) contre la fraude à la carte bleue. Au moindre problème, le client est remboursé. Cela le rassure, mais surtout augmente sa confiance en amont. Un important travail de pédagogie reste à effectuer, car nous avons affaire à un support assez hermétique et impersonnel qui n'a pas encore gagné la confiance des consommateurs. (...) De toute façon, chacun sait que ce n'est pas sur le Net qu'on prend le plus de risques avec sa carte bleue. Rien n'empêche un vendeur quelconque de noter le numéro de carte et date d'expiration avant de la rendre aux clients pour se constituer un petit fichier exploitable à souhait. Ou tout simplement, n'importe quelle personne mal intentionnée peut récupérer les reçus laissés sur un comptoir. De même, le téléphone ou le fax sont probablement moins sûrs que le Web, même si on a l'impression en les utilisant qu'on est en relation directe (donc de confiance) avec un vendeur. La tendance naturelle consiste à se méfier davantage de ce qu'on ne connaît pas.»

Envoyer par mail un article

Bienvenue au cyberconsommateur

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.