Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ne pas confondre

29/09/2000

Directeur de l'Epita, le HEC des informaticiens, Nicolas Sadirac évoque la cybercriminalité.

Le droit français fait bien les choses, mais il est malconnu. Les gens pensent que ce qui est techniquement possible est permis. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de protection autour d'un fichier qu'on est libre d'en utiliser le contenu. C'est le cas de logiciels ou photos diffusés sur Internet, protégés par le droit d'auteur ou à l'image. (...) Par «hacker», certains entendent un pirate, d'autres quelqu'un qui a une certaine maîtrise de la technique; pour d'autres encore, il s'agit d'une personne qui a l'état d'esprit à détourner les systèmes. Quelqu'un avec une bonne connaissance technique, qui développe des outils de base et ne se contente pas de la définition fonctionnelle mais va chercher les fonctionnalités internes ou cachées des choses. Aujourd'hui, les hackers sont confondus avec les crackers, qui sont plutôt des pirates. Parmi ces derniers, il y a ceux qui ont une éthique, une philosophie plutôt anarchiste (comme le Caos Computer Club), et des truands organisés, type mafia, qui ont un pied notamment dans les pays de l'Est. Pirater, c'est enfreindre la loi. Le hacker qui fait quelque chose d'illicite est un pirate, car il n'est pas censé enfreindre la loi. (...) Plus le système est ouvert, plus il est sûr. On ne peut pas faire reposer sa sécurité sur un secret. La sécurité par l'obscurité, pour traduire un dicton américain, marche un temps, mais jamais longtemps. Les gens parlent, et tôt ou tard, quelqu'un de malhonnête peut toujours tomber sur un secret. (...) La sécurité du point de vue technique ne suffira en aucun cas à sécuriser. Il y a deux ordres de problèmes, technique et humain. Du point de vue humain, on utilise des technologies avancées, mais les mentalités évoluent moins vite que la technique. Du point de vue technique, quand les problèmes arrivent, les entreprises n'ont pas les moyens techniques et humains pour réagir aussi vite que les hackers et autres pirates. (...) Il faut savoir que les pirates, contrairement aux hackers, ne sont pas forcément intelligents. Les plus brillants ne sont pas obligatoirement des criminels. Pirates et criminels utilisent des technologies connues et peuvent le faire parce que les utilisateurs ne sont pas à jour. Quand un problème apparaît, les spécialistes le savent rapidement, mais il y a en moyenne un décalage de six mois avant que les utilisateurs soient informés et prennent leurs précautions. (...) La sécurité des transactions sur Internet est comparable à tout ce qui se fait déjà en dehors du Net. Simplement, le niveau de sécurité est ce qu'il est, et il faut apprendre à mener son activité avec. Les professionnels de la vente sur Internet le font déjà, et très bien. En collaboration avec Powow.net.

Envoyer par mail un article

Ne pas confondre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W