Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Dissidents, branchez-vous!

01/12/2000

Directrice de la rédaction de Transfert, Dorothée Tromparent évoque les dissidents du Web, auxquels son magazine a consacré un dossier en octobre.

La dissidence n'est pas une fin en soi mais un moyen, celui de faire autrement. Ce n'est pas forcément dirigé contre un ennemi, c'est juste la volonté d'affirmer qu'on n'est pas tous des entreprises, des pigeons ou des consommateurs, mais des personnes avant tout. Et dire sur Internet ou dans la vie réelle qu'on est une personne, c'est déjà très dissident! La dissidence n'est pas orientée vers quelque chose. C'est une façon d'être à côté, en dehors du système. (...) Vous savez, il n'y a pas que la musique qui s'échange sur Gnutella. On y est aussi contre la censure, la mainmise des gouvernements. On peut y échanger ce qu'on veut, y compris des sites interdits. Ce n'est pas forcément orienté contre les majors. Je ne pense pas que le but de Napster ou de Gnutella soit de les détruire. Ces sites représentent juste un espace de liberté. La liberté de faire, de partager, de rémunérer les artistes. (...) Est-ce que cela se fait vraiment au détriment de quelqu'un? Pour l'instant, il n'est pas prouvé que Napster et Gnutella fassent baisser les ventes de disques. Les études sur le sujet sont contradictoires. En fait, ce n'est pas la même consommation, c'est un plus. Elle ne se fait pas au détriment des artistes: si vraiment les ventes de disques augmentent - ou en tout cas ne baissent pas beaucoup - les artistes reçoivent toujours autant de royalties. (...) Je ne suis pas pessimiste. Au début, Internet, ce n'était personne, juste des chercheurs et des militaires. Puis sont venus quelques mecs un peu bidouilleurs. Maintenant Internet, c'est tout le monde. Il est normal que l'on retrouve des éléments de la vie réelle dans le monde virtuel. Mais ça va plutôt mieux: il y a un an, la ministre de la Justice, Élisabeth Guigou, confondait fournisseur d'hébergement et fournisseur d'accès. Maintenant, ce n'est plus le cas, les gens commencent à comprendre. Les gouvernements veulent même faire de la formation! Auparavant, c'était alternatif: seules les associations voulaient faire de la formation sur Internet. De petits trucs coincent encore, comme la loi sur les e-mails en Angleterre. Mais on trouve beaucoup d'éléments alternatifs sur le Web et de place pour que les gens s'y expriment, même si toutes les «World Companies» essaient de se l'approprier. Il y a plus de fréquentation, mais ce n'est pas pour autant commercial. Tous les individus n'ont pas envie d'être dissidents, mais il restera toujours des alternatifs.Transferta réalisé 24pages sur le sujet, mais il reste tant à dire! (...) Il y a de la place pour l'Internet dit commercial et l'autre, l'alternatif, le dissident. Maintenant, l'Internet alternatif doit trouver un moyen de vivre. Cela peut passer par les micropaiements, en faisant par exemple payer 1franc par mois pour un abonnement sur un site d'information. Il faut bien que ces gens-là aussi aient un moyen de vivre! Sinon, ils seront obligés d'entrer dans des logiques publicitaires et commerciales et perdront peut-être une partie de leur indépendance. Ça peut arriver. Mais les deux ont leur place, comme dans la vie réelle, où l'on trouve des associations, des syndicats et des entreprises.» En collaboration avec Powow.net.

Envoyer par mail un article

Dissidents, branchez-vous!

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W