Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Pour un statut d'Internet

19/12/2000

Rencontre avec Pascal Courtin, chef du Service d'enquête des fraudes aux technologies de l'information de la Police nationale.

«Aujourd'hui, on fait le choix de la société de demain. Veut-on une société de l'information où chacun puisse trouver sa place avec un minimum de sécurité, tout en respectant l'individu et les libertés individuelles? La liberté passe par la possibilité pour les victimes de voir les enquêtes aboutir. De l'escroquerie à la diffamation, en passant par l'utilisation frauduleuse de numéros de cartes bancaires, un certain nombre d'agissements sur le Net pourrissent la vie des particuliers. Nous vivons une époque transitoire. On cherche nos marques, un statut pour Internet. Que les professionnels du Web se comportent en professionnels. Qu'on leur fixe des règles qui permettent à la justice de s'exercer. (...) La philosophie des magistrats français, que je trouve bonne, considère le Net comme un nouveau média. Il s'agit surtout d'adaptation, pas de révolution juridique. Un escroc qui commet un délit en utilisant Internet reste un escroc. Mais il faut pouvoir remonter la filière pour trouver les escrocs, les diffamateurs, les négationnistes, etc. (...) Des logiciels sont à la disposition des candidats à un usage frauduleux du Net... On peut tous faire du «sniffing», pomper une adresse IP et l'utiliser comme sienne pour aller sur la machine d'un autre... Sur le réseau, on peut faire un peu ce qu'on veut car il n'y a aucune traçabilité des connexions. Il n'est jamais demandé d'enregistrer les contenus, mais plutôt ce que font déjà les opérateurs de télécoms aujourd'hui: untel a appelé tel numéro à telle heure. (...) Le problème principal est celui de la persistance de données nominatives sur les réseaux. Il y a toujours des traces, mais l'on sait rarement où. Il faut être cohérent, on ne peut pas jouer sur les deux tableaux. Les données nominatives qui m'intéressent peuvent intéresser tout le monde, et même être manipulées. Par la technique des cookies, on peut savoir où vous allez, connaître le nombre de vos fréquentations, remplir votre boîte aux lettres. Mon problème est que je ne sais pas ce que mon provider fait de mes informations personnelles, où il les stocke, pour combien de temps et à qui il les cède.» En collaboration avec Powow.net

Envoyer par mail un article

Pour un statut d'Internet

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W