Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Il faut protéger le droit au secret

02/02/2001

Thomas-Xavier Martin est consultant-expert pour le groupe Nulladies. Spécialiste de la cyber-criminalité, cet ancien officier de sécurité des systèmes informatiques de la Gendarmerie nationale, porte un regard sévère sur la collecte des données et sur la position de la France en matière de défense de la vie privée.

La criminalité informatique, ça existe. Mais qu'est-ce que l'on craint? Les «hackers» sont souvent embauchés pour découvrir les secrets de la concurrence. Cela me semble entrer dans le jeu habituel de notre monde capitaliste... Il faut plutôt craindre tout ce qui tend vers la matérialisation de fichiers de plus en plus détaillés sur les individus: une collecte d'informations qui vont de vos habitudes de consommation à votre état de santé. En matière d'éthique médicale, le problème de la protection des données est essentiel. En France, vous ne pouvez pas acheter des médicaments de manière anonyme. Les pharmaciens entrent les informations vous concernant sur leur ordinateur, et on est en droit de se poser des questions sur la sécurité de ces données. Il existe un gendarme, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), mais celle-ci manque scandaleusement de moyens et de possibilités de sanctions.[...] Nous vivons une époque transitoire, entre celle des enquêtes exclusivement fondées sur des preuves matérielles (traces et empreintes digitales) et le temps de la preuve numérique, où la dialectique est tout à fait différente: la possibilité de falsifier les preuves est multipliée par dix! Cela pose le problème de la compétence des juges, qui n'ont pas l'habitude de ce genre de choses. Les avocats commencent à se spécialiser. L'évolution jurisprudentielle imposera sans doute la participation d'experts qui démontreront à la cour la fragilité des preuves numériques. On dégagera alors, petit à petit, une jurisprudence et des méthodes de travail. [...]La France - où la loi Informatique et libertés a représenté une avancée majeure en 1978- est aujourd'hui extrêmement en retard sur les autres pays de l'Union. [...] À mon avis, deux éléments juridiques contribueront prochainement à une meilleure protection des libertés publiques. Tout d'abord une loi qui autorise les citoyens, les organes de presse et d'autres entités à obtenir du gouvernement la publication de certains documents. Ce sera la mort du secret défense et du document caché. [...]Ensuite, l'obligation faite à ceux qui constituent un fichier d'en avertir les individus qui y sont recensés, de leur soumettre la liste des données les concernant, et de leur demander l'autorisation de continuer à les y faire figurer. [...] Une fois ces deux lois mises en place, je pense que l'essentiel des dangers sera conjuré.» En collaboration avec Powow.net

Envoyer par mail un article

Il faut protéger le droit au secret

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W