Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

De l'intelligence du surfeur

16/02/2001

Dans Inner City, paru en 1996, Jean-Marc Ligny décrivait une infosociété où de riches Parisiens faisaient de l'ethno-tourisme dans les banlieues pauvres délaissées par le Net. En 2001, câble et ADSL ont pourtant franchi le périphérique. L'un des écrivains français de science-fiction les plus doués de sa génération livre sa vision du présent avant la sortie en mai, d'un nouveau roman.

Les écrivains ont longtemps imaginé l'ordinateur comme une espèce de monstre froid, souterrain, plus ou moins configuré pour examiner le monde au profit d'une caste de savants fous; ils ont en fait bien peu prévu qu'il deviendrait une petite machine conviviale que chacun aurait chez soi, sur son bureau... [...] Ceux qui n'ont pas Internet s'en passent encore très bien. Mais vu la société dans laquelle il s'est développé et les changements qu'il y induit, je pense que, très vite, on ne pourra plus s'en passer. Le réseau devient rapidement aussi incontournable que le téléphone, l'électricité ou la voiture. [...]Je suis assez optimiste sur le long terme, mais pas tellement sur le court terme. Le type de société qu'entraîne Internet peut facilement déraper vers les extrêmes que je décris dansInner CityouCyberkiller, à savoir un monde occidental totalement asservi à la toute-puissance des réseaux et de ceux qui les manipulent. [...] Dans mes romans cyberpunks, j'imaginais que l'homme allait vivre essentiellement en réalité virtuelle, que la vraie réalité ne l'intéresserait plus en ce sens qu'elle est dégradable et que les mondes virtuels sont tellement plus riches et chatoyants: on peut y vivre la vie qu'on veut. Le fait est que les développements de la réalité virtuelle et de l'image de synthèse tendent vers une utilisation ludique. Donc l'alternative future sera un vaste espace jeux... L'alternative commerciale? Dans des pays latins, en Europe, je ne crois pas au développement d'Internet comme VPC sophistiquée... Et puis, il y a la question culturelle. Les gens aiment bien aller dans les magasins, fouiller dans les bacs, toucher, discuter avec le vendeur, d'autres clients, etc. C'est vrai que l'image et le son, c'est différent. [...]Internet n'est que le reflet de la société dans laquelle il tourne. Il peut favoriser la contre-culture puisqu'il lui donne les moyens de s'exprimer librement et gratuitement - ou presque. Mais d'un autre côté, il favorise la sous-culture puisqu'il permet à d'énormes groupes multimédias transnationaux de tout phagocyter, d'avoir une présence visuelle et médiatique monstrueuse. Après, tout dépend de l'intelligence du surfeur. S'il tombe dans les gros portails, les grands panneaux... ou s'il a l'intelligence d'aller chercher ailleurs de quoi constituer sa propre culture.» En collaboration avec Powow.net.

Envoyer par mail un article

De l'intelligence du surfeur

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W