Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Manque à gagner virtuel

27/04/2001

Une campagne vante l'Expanium, premier lecteur de CD audio/MP3 portable de marque, avec pour argument ses dix heures de musique sur un CD. Philips prévoit de lancer de nouveaux modèles et des lecteurs de salon dès septembre 2001. Le MP3 n'est donc plus un mode de compression mais un standard. Rencontre avec Emmanuel Ducolombier, responsable de la communication de Philips.

Sur le plan marketing, la commercialisation de l'Expanium a été motivée par la conjonction de trois facteurs. En tant que coinventeur du CD, nous considérons l'Expanium comme notre média fétiche (...). Le deuxième facteur, c'est le besoin réel des gens de transporter la musique compressée sur le PC. Troisième point, l'économie: avec dix heures d'enregistrement par CD, la musique ne coûte plus très cher - à peu près cinq centimes le morceau. L'industrie du disque a taxé de clone le CD gravé, mais on s'éloigne de cette idée. Là, ce n'est plus le cas, ni la même durée, ni la même qualité du son. (...) Notre but est d'obtenir la meilleure qualité possible. Notre lecteur est d'ailleurs reconnu dans sa catégorie comme celui doté de la meilleure qualité d'écoute. Nous lançons l'Expanium alors que le problème du MP3 n'est pas encore réglé? Le problème est celui du MP3 en ligne, mais la norme de compression elle-même n'est pas problématique. Ce sont des choses qui évoluent tellement vite qu'elles ne peuvent pas être prises en compte dans une démarche industrielle. On ne peut pas engager, puis désengager, un processus de production au moindre soubresaut de l'affaire Napster. Répandre l'idée que le MP3 est gratuit est peut-être excessif. Mais ce n'est pas le fond du problème. (...) Je comprends bien qu'il y ait des pertes de revenus! Mais quand on vend des disques, c'est autant de gens qui ne vont pas aux concerts. Quand un film passe à la télé, c'est autant de spectateurs en moins dans les salles de cinéma. On peut voir les choses comme ça, mais c'est rétrograde et malthusien (...). Les maisons de disques vendent toujours autant. Elles parlent d'un manque à gagner virtuel! Ça n'a pas de sens.» En collaboration avec Powow.net

Envoyer par mail un article

Manque à gagner virtuel

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W