Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le Net reste trop cher

06/07/2001

Le gros problème du Net? Trop lent? Trop moche? Trop difficile? Non. Trop cher. Il n'y aura pas encore de forfait illimité à bas débit cet été en France. France Télécom continue de repousser le sous-traitement de son monopole à un prix raisonnable.

Cela devait arriver cet été. Puis en septembre 2001. Aujourd'hui, le long communiqué de l'Association française des fournisseurs d'accès annonçant que l'on ne reparlera pas de «forfait Internet illimité tout compris» avant 2002 n'est pas un scoop. Le fossé qui sépare le développement du Net en France (et plus généralement en Europe) et aux États-Unis n'est pas près d'être comblé. En effet, les internautes américains, eux - contrairement au Nasdaq -, se portent très bien: de très nombreux opérateurs téléphoniques leur proposent depuis belle lurette des abonnements forfaitaires, comprenant un trafic local illimité, à un prix fort accessible. Et les fournisseurs d'accès proposant également des connexions illimitées forfaitaires et bon marché, ce n'est pas un miracle si le Net s'est développé plus vite aux États-Unis que chez nous. Il n'a pas été possible, hélas - et pour des raisons obscures - , d'en faire autant en Europe. Les opérateurs télécoms publics n'ont pas su jouer leur rôle dans la démocratisation de la communication. Ils se sont assis sur leurs lauriers et, en attendant les privatisations, ils ont surtout rempli leurs caisses. Des empires se sont bâtis en même temps que les internautes-abonnés-clients-contribuables-vaches-à-traire faisaient face au dilemme: se saigner ou ne pas se connecter. Sans parler de la Net économie, qui a vraiment été construite sur du vent, les foules étant coupées du Net, pour des raisons budgétaires. Maintenant, dans de nombreux pays européens, il existe depuis plusieurs mois (voire plusieurs années) des formules d'accès illimité à prix modéré. Et les effets s'en font sentir: en Italie, Tiscali fait ses emplettes en Europe, mais, surtout, des couches de plus en plus larges de la population commencent à se connecter, l'offre Internet tout compris étant souvent elle-même incluse, comme aux États-Unis, dans un pack global d'appels locaux - et même nationaux - à des prix vraiment concurrentiels. En France, on en est loin. D'après les fournisseurs d'accès à Internet (FAI), France Télécom, qui ne leur a toujours pas cédé l'usage de ses infrastructures, semble cumuler mauvaise foi et problèmes techniques afin de garder le magot et profiter au maximum du niveau tarifaire actuel. Après de longues médiations de l'Autorité de régulation des télécommunications, France Télécom annonçait ce printemps des prix de cession de ses infrastructures aux opérateurs télécoms et fournisseurs d'accès beaucoup trop élevés pour être à la fois rentables pour ces derniers et dignes d'intérêt pour les internautes. Les prix avancés ne pourraient intéresser que les plus pauvres des gros surfeurs puisque, pour une centaine de francs de plus, les internautes urbains peuvent déjà s'abonner au câble et à l'ADSL (un service à haut débit qui laisse le téléphone libre). Mais, même aux prix proposés, et vu le retard cumulé, les FAI affirment ne pas être techniquement en mesure d'offrir un forfait Internet tout compris avant 2002. Pourtant, à défaut de relancer la Net économie, cela pourrait au moins rendre l'envie de surfer!» En collaboration avec Powow.net

Envoyer par mail un article

Le Net reste trop cher

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W