Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Clearstream et les médias, une affaire pas si claire...

15/06/2006 - par Denis Muzet,

L'affaire Clearstream, qui a occupé le devant de l'actualité durant un mois, est typique du phénomène de submersion médiatique qui frappe désormais le « médiaconsommateur ». Celui-ci se lève le matin, ouvre la radio, il entend parler de Clearstream ; il allume sa télévision, ouvre son journal : même chose... Une fois encore, il est bombardé de toutes parts d'informations qui ne font pas pour autant sens pour lui. C'est ce que nous avons appelé « la mal info ». Non pas pour désigner une façon de faire l'information ou de critiquer une pratique du journalisme, mais pour attirer l'attention sur ce qui se passe du côté d'un consommateur qui s'abreuve désormais à de multiples sources et ingurgite, média après média, une grande quantité de « fastnews » dont il nous dit, au final, dans nos enquêtes, être gavé.

Entre l'information que le consommateur maîtrise et qu'il va chercher, dans la presse écrite ou sur Internet, et celle qui lui arrive par les médias d'information continue, la seconde est privilégiée. Insatiable jusqu'à la boulimie, le consommateur d'actualités fait du grignotage, ne retenant du flux que lui envoient les médias que des bribes. Il consomme l'information à la va-vite, comme au « fast-food ».

Mais ce qu'il avale n'est qu'une denrée superficielle. Il suffit de l'interroger pour constater qu'il a les titres en tête, le dernier flash, mais qu'il est bien incapable, sur un sujet précis, de dire le pourquoi et le comment. Derrière le flux tendu de l'information brute, il n'y a pas ou peu de sens. Dans un monde où les individus ont perdu les repères traditionnels (idéologiques, religieux ou syndicaux) et les explications qui leur permettaient d'organiser les informations selon des critères reconnus, l'actualité rapide ne permet plus de s'orienter. On a là tous les ingrédients d'une « crise du sens », au sens sociologique du terme.

Ainsi, dans l'affaire Clearstream, le moins que l'on puisse dire est que le « ruisseau » n'est pas clair. Au fil des révélations dont les médias se sont fait l'écho jour après jour, l'imbroglio suscite des lectures bricolées, entre « mal info » et vraie intox. Le « médiaconsommateur » ordinaire ne dispose que de quelques pièces du puzzle - un corbeau, des listings, des frégates, un général agent secret à la retraite, une grande entreprise européenne, un informaticien de génie, quelques personnalités politiques de premier plan -, trop peu de pièces en tout cas pour se faire une idée de ce qui s'est réellement passé, à partir des indices éparpillés dans la presse.

Devant ce nouvel emballement médiatique, les Français n'ont que deux choix, finalement. Soit se satisfaire de la grille de lecture des médias, qui ne veulent y voir qu'un nouvel épisode de la guerre à laquelle se livrent les deux frères ennemis de la droite engagés dans le combat présidentiel. Soit se protéger, ne pas voir, ne pas s'approcher trop près des fumets nauséabonds qui s'échappent de la marmite, tenir à distance cette classe politico-médiatique décidément incorrigible, toute occupée qu'elle est à s'autodétruire sur sa petite planète. Au grand dam de citoyens qui regardent, écoeurés, le film au ralenti de l'effondrement du système de tous les « puissants » confondus, politiques, médias, justice, entreprises, etc. Et pour le plus grand profit de Le Pen et de De Villiers qui, depuis la salle, applaudissent cette pitoyable farce. Car telle est bien la morale de l'histoire : de cette affaire Clearstream, les politiques sortent un peu plus « tous pourris » sur le fond et un peu plus ridicules sur la forme.

directeur de l'institut Médiascopie, président de l'Observatoire du débat public, professeur à Paris-I Sorbonne. Dernier ouvrage paru : La Mal Info. Enquête sur des consommateurs de médias, Éditions de l'Aube, mars 2006.

Envoyer par mail un article

Clearstream et les médias, une affaire pas si claire...

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.