Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Marianne et l'autofiction

07/09/2006 - par David Genzel

Dans le dernier numéro de Marianne, Laurent Neumann se sert de la « raffarinade » France d'en haut/France d'en bas pour expliquer l'ostracisme des publicitaires vis-à-vis de son support - j'écris support puisqu'il se comporte comme un commercial. Laurent Neumann surfe sur la victimologie à la manière de Christine Angot, les publicitaires voyant dans Marianne le mal ontologique et refusant de donner leurs deniers occultes.

Et si, parodiant Lacan, et dans un devoir de vérité, Marianne se posait la vraie question : si les lecteurs de Marianne, comme ceux du Monde diplomatique, n'aimaient pas la pub ? Dès lors, pourquoi les publicitaires communiqueraient-ils vers des gens qui n'aiment pas leur production ? Et si le succès de Marianne était justement de ne pas avoir de pub ?

Les publicitaires ne sont pas des enfants de Marianne. Ils savent au contraire de manière affinée qu'il y a une France publiphile et une France publiphobe. Il ne faut pas voir l'évangile du bourreau dans les choix discrétionnaires des médiaplanneurs. Il y a le Festival de Cannes de la publicité et le Festival de Khan de l'antipub !

Envoyer par mail un article

Marianne et l'autofiction

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.