Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tempête sur les médias

21/09/2006 - par Danièle Granet et Catherine Lamour

Nos vies sont de plus en plus dominées par les médias. Maintenant que les écrans sont devenus mobiles, nous pouvons recevoir images, informations, musique ou jeux partout, tout le temps, à la demande et gratuitement la plupart du temps. Des changements qui vont devenir des habitudes. Parallèlement à cette demande toujours plus grande d'informations et de spectacles, les médias traditionnels sont en crise. Partout en Europe, des journaux qui ont structuré la vie démocratique, certains depuis l'après-guerre, d'autres depuis un siècle, se retrouvent devant de graves difficultés : crise du lectorat, de la publicité, de la distribution. Un état critique, en France plus encore qu'ailleurs.

La place centrale du poste de télévision, lieu de rassemblement de la famille à heures fixes, se trouve menacée par l'irruption de toutes les nouvelles formes d'accès à l'image, fixes ou mobiles : ordinateurs, baladeurs vidéo, magnétoscopes de poche, téléphones portables. L'écran ne rime plus nécessairement avec télévision. Aux États-Unis, les journaux des grandes chaînes de télévision réunissent déjà moitié moins de téléspectateurs qu'il y a vingt ans. Pour les jeunes, Internet est devenu le premier moyen de s'informer et de se distraire.

Cet univers considéré jusqu'à très récemment comme « à part », comme « une industrie pas comme les autres » parce qu'il touche aux fondements de la vie démocratique, est entré à son tour dans l'oeil du cyclone de la mondialisation. Avec les enjeux financiers, qui sont inévitablement liés à la globalisation des marchés et des modes de vie, il devient à son tour une cible pour les fonds d'investissement [...] qui sont à la recherche de placements à haute rentabilité. Ils pensent désormais les trouver dans les entreprises de divertissement, et pourquoi pas d'information, en utilisant les « marques » des journaux ou des magazines pour lancer de nouveaux produits. C'est dire que tout change et que tout va changer à une rapidité déconcertante et avec des conséquences encore difficilement prévisibles.

Faut-il avoir peur de ces bouleversements ? Ne vaut-il pas mieux en prendre la mesure et s'y préparer ? S'affranchir des idées reçues et des « non-dits », mettre en perspective les changements décisifs de l'univers médiatique nous paraît une démarche indispensable pour garder le cap. Chacun de nous est concerné, quelle que soit sa place dans le métier, car toutes les formes de médias tendent à se rejoindre et à se compléter. Le consommateur - lecteur, auditeur, téléspectateur, internaute - est de plus en plus « multisupport » : c'est le même qui écoute la radio en surfant sur le Net et qui regarde des émissions TV sur un poste fixe ou sur un Ipod. Pour le séduire et le garder dans leur zone d'influence, les entreprises de médias doivent, elles, devenir « plurimédiatiques » et se transformer en groupes de communication diversifiés. Pour pouvoir décliner leurs « contenus » sur le plus grand nombre possible de supports écrits, parlés ou en images. Pour faire pièce à la concurrence d'Internet qui, pour la première fois dans l'histoire, offre tous les médias en même temps et peut les remplacer tous. Et, de plus, ignore les frontières. Il s'agit d'ouvrir le débat sur des bases réalistes et concrètes. La première de ces réalités étant qu'en France, comme ailleurs, l'indépendance d'un média est liée à sa capacité à être rentable. Sa qualité en dépend. Son influence aussi.

Auteurs de Médiabusiness (éditions Fayard)

Envoyer par mail un article

Tempête sur les médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies