Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

César

05/10/2006 - par Emmanuel Collin,

Stratégies Newsletter a récemment signalé l'existence du blog d'un grand patron de la presse quotidienne gratuite. Emmanuel Collin, de l'agence Saatchi&Saatchi, est visiblement allé y faire un tour...

Cinquante-deux ans, l'air fier, l'allure jeune en ras-du-cou sombre près du corps, la barbiche séductrice, César Plon est en passe de devenir enfin quelqu'un. Ses échecs dans la publicité puis dans un grand journal de gauche l'ont aigri mais il n'en montre rien, préférant attendre son heure. Pénélope Mon Ombre, elle, est visiblement mal à l'aise, tétanisée devant un tel génie qui vient de liquider sa supérieure hiérarchique en lui offrant du même coup le poste désormais vacant.

Revenons à César. C'est lui qui mène le bal : jovial, curieux, vif, très belle écoute. Un vrai patron d'aujourd'hui. Mais au fond de lui, César est soucieux car la supériorité de son intelligence est telle qu'il a peur que le décalage se voie. Alors il est gentil, il parle lentement. Évidemment, il est persuadé que ce que nous lui présentons aujourd'hui ne vaut guère. Qu'il aurait pu faire mieux, que ce n'est que du vent, que cela coûte plus que cela ne vaut...

César parle bien mais son discours est brouillon ; il faut dire que ce qu'il doit nous démontrer est complexe : il dirige un journal qui marche bien (il nous demande en tout cas d'en convaincre le plus grand nombre), mais qui ne gagne pas d'argent (normal, il est gratuit). Jusque-là, tout est clair. Puis César nous explique que ce dont il a besoin, ce sont des campagnes de publicité qui vont l'aider à devenir riche (enfin, son journal) mais qu'il faut que cela ne lui coûte rien... Là, cela devient plus compliqué. Heureusement, César a des idées sur la manière d'y parvenir. Nous allons faire comme lui : travailler gratuitement. Il est génial, ce César, pourquoi n'y avions-nous pas pensé plus tôt ?

Le seul problème, c'est que César n'a pas osé nous le dire directement (il est trop fier pour cela), alors il a chargé la pauvre Pénélope de nous l'expliquer. Elle était embarrassée, la pauvre, et je la comprends. Mais pleine de reconnaissance envers celui qui lui avait donné une telle promotion, elle s'acquittera de sa tâche avec courage et bégaiement.

Cher César, je dois dire que j'ai vu des grossiers personnages dans ma vie professionnelle mais des faquins de ton espèce, c'est la première fois. Mettre autant d'énergie et de venin à mépriser ceux qui se sont passionnés pour ton journal... En fait, j'aurais détesté travailler pour toi. Ton sujet est plus noble que toi, tu n'aurais pas dû t'appeler César. Tu ne le mérites pas. Je t'appellerai donc Frédéric.

directeur général adjoint de Saatchi&Saatchi

Envoyer par mail un article

César

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.