Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le journalisme entre autodiscipline et tribunaux

12/10/2006 - par Francis Balle

Les journalistes, dans nos démocraties, seront-ils parfois condamnés, à l'instar des historiens de métier, à laisser aux juges et à eux seuls, en dernier ressort, le soin d'établir ou de rétablir la vérité ? Ne voient-ils pas le danger de préférer les tribunaux à l'autodiscipline ?

La polémique autour d'images diffusées par la chaîne France 2, le 30 septembre 2000, est à cet égard exemplaire d'une dérive dont nous n'avons pas fini d'évaluer les conséquences funestes, pour les journalistes et, partant, pour nos démocraties. Rappelons les faits : ces images nous montraient la mort du jeune Mohammed, à Gaza, dans les bras de son père, sous les tirs de soldats israéliens. Nous avons tous en mémoire les 55 secondes d'images dont les historiens peuvent dire aujourd'hui quel fut l'impact sur la seconde Intifada et dans la plupart des pays du monde arabo-musulman. Nous savons pareillement que ces images ont été analysées par des experts en balistique, par des journalistes réputés pour leur impartialité et qu'ils doutent sérieusement, pour la plupart d'entre eux, que les faits aient été ce qu'on nous a dit qu'ils étaient...

Mission impossible parfois

Une agence de notation des médias, Media-Ratings, qui se dit être la première en France, s'est fait l'écho de cette polémique, en diffusant de larges extraits d'articles issus de la presse étrangère, notamment anglo-saxonne. Ce qui vaut aujourd'hui un procès en diffamation, instruit par la chaîne de télévision à l'encontre de Philippe Karsenty, fondateur et actuel directeur de cette agence.

Le commentaire est libre, les faits sont sacrés. Les journalistes eux-mêmes, mieux que les juges, sont compétents pour dire les conditions dans lesquelles les faits ont été restitués, reconstruits, ainsi que les difficultés auxquelles se heurte immanquablement cette restitution. Jean Daniel nous le rappelle utilement : « La meilleure manière de protéger les journalistes contre la tentation d'un abus de leur pouvoir, c'est d'entretenir un débat permanent sur leurs responsabilités. » Pourquoi refuser le débat entre experts et journalistes ? Pourquoi cette montée aux extrêmes, jusqu'à l'appel à la justice pénale ? Céder à cette tentation, c'est mettre en péril l'exercice du journalisme, dont on sait qu'il relève parfois de la mission impossible, dont on sait également que cette mission est à la fois le signe et la condition d'existence de la vie démocratique.

Vient de publier, sous sa direction, Le Lexique d'information communication (Dalloz Éditions)

Envoyer par mail un article

Le journalisme entre autodiscipline et tribunaux

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.