Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

30 % du PNB mondial influencé par la météorologie

11/01/2007 - par Frédéric Gagnaire,

Parmi les facteurs pesant sur les comportements des consommateurs, les conditions météo jouent un rôle prépondérant. L'impact des aléas climatiques est sensible pour bien des produits saisonniers, tels les glaces et les boissons, le chocolat, les vêtements, mais aussi pour des activités « météo-sensibles » comme les loisirs et le tourisme. Selon une récente étude de l'ONU, 30 % du PIB mondial serait directement tributaire des aléas climatiques.

Les changements de saison sont déterminants pour les entreprises saisonnières. Une saison chaude dès le début mai signifiera une période de consommation plus importante des boissons, ce qui influera d'autant sur les ventes.

Avec le réchauffement climatique, les saisons ne sont d'ailleurs plus ce qu'elles étaient : après l'été record de 2003, l'automne 2006 a été exceptionnel, le plus chaud des cinquante dernières années, faisant le malheur des produits consommés par températures froides et le bonheur de ceux consommés par températures chaudes. Au deuxième semestre 2006, les prévisions hebdomadaires à quatre semaines nous ont alertés sur l'éventualité et la persistance de la période douce que nous avons vécue. Quant aux prévisions saisonnières issues des principaux centres météorologiques (moyennes mensuelles sur un horizon de cinq mois), elles ont relativement bien anticipé cette douceur. Dès la fin juin, par exemple, elles favorisaient des conditions normales ou au-dessus des normales pour cet automne. Selon ces mêmes prévisions, cette tendance devrait se poursuivre sur l'ensemble des mois d'hiver.

Dans l'avenir, de tels événements perturberont de plus en plus l'activité des entreprises sensibles à la météo. Sur certains marchés, l'impact des aléas climatiques peut générer jusqu'à 80 % de variation de volume sur une période d'un mois. L'analyse de l'évolution d'une activité ne peut donc être dissociée de la quantification précise de l'impact des fluctuations de l'environnement climatique sur cette même activité. Ainsi, connaître précisément l'exposition d'un produit aux aléas climatiques est une information capitale dans les décisions des entreprises. Élaborer un budget, optimiser un plan de communication, arbitrer la production nécessitent un historique d'activité dépollué de tout impact des aléas climatiques. Certes, nous restons confrontés à une information dont la fiabilité et la précision sont perfectibles. Mais ces prévisions sont en constant progrès, reflétant les efforts des centres météorologiques et de la communauté scientifique internationale.

Tirer profit de la valeur de ces prévisions climatiques est accessible à toute entreprise dont l'activité est « météo-sensible ». Bien entendu, cette information « délicate » doit être environnée d'une réelle expertise pour prétendre transformer le hasard en erreur. Ainsi, dans une optique de gestion du risque, ces prévisions climatiques peuvent être confrontées avec une approche purement statistique du risque climatique. L'objectif n'est pas d'influer sur la nature aléatoire du climat et donc de l'activité. L'objectif est de définir les scénarios climatiques les plus probables et d'associer une prise de décisions pour chacun de ces scénarios afin d'en diminuer le coût ou d'en optimiser l'exploitation.

directeur marketing et commercial de Climpact

Envoyer par mail un article

30 % du PNB mondial influencé par la météorologie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.