Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Quand Business boit la tasse

25/01/2007 - par Jean-Philippe Martzel ,

Le retrait de la campagne d'affichage de Cristaline ne sera même pas un bon buzz pour ses auteurs. C'est juste une mauvaise campagne pour la publicité. Réalisée par Business pour l'eau Cristaline, elle est bien pire pour la perception de notre métier que toute l'oeuvre de Beigbeder ou qu'un matraquage d'antipub aux JT de 20 heures. Pire, car cette campagne est le type même d'événement qui fait ressembler la réalité à une caricature de la réalité. Un accident industriel qui contrarie les efforts déployés par les agences, l'AACC, l'Irep, toutes les organisations professionnelles et chacun de nous au quotidien, à essayer de gagner ou de regagner la confiance des annonceurs sur notre apport stratégique et celle du public sur la responsabilité de nos motivations. Le Web, les nouveaux superpouvoirs du consommateur, la segmentation des médias, la centralisation toujours croissante des budgets internationaux, le questionnement du rôle de la marque... notre métier est interrogé sur de nombreux fronts. Nous n'avions vraiment pas besoin de cette maladresse qui nous fait soudainement vaciller aux yeux de tous sur l'un des fondements de notre métier : notre rôle de conseil.

Comment avoir laissé Cristaline se prendre pour E.Leclerc ? Comment avoir voulu singer la posture du combat consumériste en s'attaquant à l'eau du robinet ? L'eau du robinet en ennemi du peuple... Pourquoi ne pas proposer une campagne contre les Restos du coeur à une enseigne de la grande distribution ? Comment avoir laissé la direction de Cristaline bâtir sa stratégie de communication sur ce qui semble finalement n'être rien d'autre qu'une réaction épidermique à une campagne du Syndicat des eaux [d'Île-de-France] qui rappelait, il y a quelque temps, que l'eau du robinet est moins chère et aussi buvable qu'une eau en bouteille ? Même les créatifs de Business paraissent avoir eu du mal à y croire : la plupart des accroches de la campagne Cristaline sont approximatives, voire abstruses. Comment écrire juste sur une telle aberration stratégique ?

Qu'on ne se trompe pas, je n'ai rien contre Business. Je ne partage pas leur modèle publicitaire et créatif fondé sur la répétition. Voilà tout. Jusqu'à présent, Business faisait du Business. En s'essayant à la communication « engagée » avec un appareil stratégique et conceptuel approximatif, l'ex-agence d'Ardisson a bu la tasse. Et nous aussi.

Envoyer par mail un article

Quand Business boit la tasse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies