Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Redonner confiance

24/05/2007 - par François Malye,

Les médias français sont-ils soumis à la censure concernant le nouveau président ? La réponse du Forum permanent des sociétés de journalistes à cette question est malheureusement affirmative, même si elle mérite d'être nuancée. Pour la première fois, un président de la République revendique sa proximité avec la plupart des barons des médias. Or ce sont eux qui, au premier chef, portent la responsabilité de la censure. Dernière en date, un article du Journal du dimanche « trappé » parce qu'il révélait que Cécilia Sarkozy n'avait pas voté au second tour, censure totalement contre-productive puisqu'elle a donné une formidable ampleur à cette information. Le nouveau président est-il intervenu ? Son entourage s'en défend et on serait tenté de le croire car, depuis le licenciement d'Alain Genestar, directeur de la rédaction de Paris Match, pour avoir publié à la « une » une photo de Cécilia Sarkozy en compagnie du publicitaire Richard Attias, il ne manque pas de responsables de rédaction apeurés pour anticiper ce qu'ils estiment être les désirs du nouveau président.

C'est ce genre de précédent qui est fâcheux pour Nicolas Sarkozy. Souci de plaire, mais surtout peur de déplaire, l'interventionnisme de certains patrons de presse n'a pas de limites. Est-ce nouveau ? Non. À chaque élection présidentielle, des responsables de médias se sont précipités pour donner des gages de servilité au nouveau pouvoir. Mais quand il s'agit de patrons qualifiés « d'amis » par le président lui-même, comment ne pas croire à une connivence dangereuse pour la démocratie ?

Dans son dernier numéro, la société des journalistes du JDD a donné la parole à Dominique Wolton, spécialiste des médias. Celui-ci note que, pour les patrons de presse, « la collusion n'est pas toujours un bon investissement ». Seule l'impartialité de leurs journaux peut, en effet, empêcher la désaffection de lecteurs de mieux en mieux informés et de plus en plus critiques. Enfin, il faudra bien, un jour, selon lui, apporter une solution à cette concentration des médias qui touche l'ensemble des démocraties. C'est sur ce terrain que le nouveau président doit redonner confiance aux journalistes et à leurs lecteurs. En se lançant dans un chantier de modernisation législatif de notre secteur. Comment, par exemple, des perquisitions contraires au droit européen peuvent-elles encore être menées dans des rédactions ? Quand le secret des sources, base de l'exercice de notre profession, sera-t-il enfin renforcé dans les textes ? La concentration des médias entre les mains d'industriels est-elle inévitable ? Ne serait-il pas temps de consolider le contre-pouvoir des journalistes au sein des rédactions en consacrant dans le droit l'existence des sociétés de journalistes ? Les questions à aborder sont multiples et si le nouveau président de la République ne veut pas, en permanence, être tenu pour responsable du zèle de ses amis, il ne peut ignorer la nécessité de ces réformes.

journaliste au Point, président du Forum permanent des sociétés de journalistes

Envoyer par mail un article

Redonner confiance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.