Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les marques alimentaires gagneraient à riposter aux attaques d'E.Leclerc

31/01/2008 - par Michel Toporkoff,

Les diverses publicités récentes du groupement E.Leclerc nous paraissent constitutives d'un dénigrement juridiquement fautif des fabricants de produits alimentaires dont les noms sont spécifiquement cités, dans la mesure où elles les présentent, peu ou prou, comme seuls responsables d'une forte hausse du prix de leurs produits, [...] par contraste avec E.Leclerc qui chercherait, lui seul et malgré eux, à défendre le pouvoir d'achat des consommateurs. Ces publicités sont d'autant plus critiquables qu'elles appellent le blâme public sur les seuls fabricants de produits cités, alors que tout démontre que leur auteur n'est pas moins motivé que ceux-ci par la recherche de maximisation de son profit. Dans ces conditions, il nous semble pratiquement certain que, en cas d'action judiciaire de la part des fournisseurs nommément cités, un tribunal condamnerait l'auteur de ces campagnes publicitaires pour dénigrement de ses fournisseurs. Pour autant, il ne semble pas que ceux-ci protestent (sinon avec la plus extrême discrétion) [...].

Client privilégié

Pourquoi ? Une sorte d'omerta à la française ? Une longue expérience personnelle de ce secteur nous a très amplement convaincus de ce que cette absence de réaction ne résulte hélas que de la frayeur des fabricants concernés d'avoir à subir des mesures de rétorsion commerciales de la part de l'un de leurs clients principaux. Il est vrai que l'on peut en partie le comprendre dès lors que, pour la plupart d'entre eux, E.Leclerc représente au moins 15 % de leur chiffre d'affaires. [...] On pense aussi à l'idée d'une action collective, par l'intermédiaire de leurs associations professionnelles. Alors que ce serait juridiquement tout à fait possible, elles ne l'ont pas fait jusqu'à présent, et tout donne à penser que cette abstention soit à mettre au compte de la crainte des représentants des fournisseurs concernés au sein du conseil d'administration de ces organisations professionnelles que ceux qui se déclareraient favorables à une action judiciaire ne soient « dénoncés » à ce titre au client concerné par leurs concurrents membres du même conseil d'administration...

Surmonter le risque

[...] Que faire pour que le droit ne reste pas lettre morte et ces dénigrements prennent fin ? De nombreuses possibilités existent en ce sens, qui pourraient être mises en oeuvre sans pour autant faire courir aux fournisseurs de risques commerciaux trop élevés. Il serait notamment tout à fait possible pour eux de trouver une voie d'action par l'intermédiaire de leurs organisations professionnelles (existantes ou restant à créer...), car le risque de « dénonciation » rapporté ci-dessus n'est pas nécessairement insurmontable. Encore faut-il que ces fournisseurs le souhaitent.

En ce qui la concerne, l'Association de droit du marketing tient, en tant que de besoin, à préciser, d'une part, qu'elle n'a bien entendu aucune position de principe à l'égard de qui que ce soit (pas davantage d'hostilité envers les distributeurs que d'amitié systématique pour leurs fournisseurs) et, d'autre part, que son estime envers les personnes et entreprises impliquées par ce débat reste naturellement totale.

avocat à la Cour,

président de l'Association

de droit du marketing

Envoyer par mail un article

Les marques alimentaires gagneraient à riposter aux attaques d'E.Leclerc

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.