Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision et publicité : osons...

07/02/2008 - par Francis Maire,

J'ai travaillé plus de huit ans pour engranger un maximum de ressources publicitaires pour les chaînes publiques. J'y ai connu pas moins de quatre présidents de chaînes. Parmi eux, seul M. Elkabbach a été sensible et intéressé par le sujet publicitaire. Il était investi d'une mission : donner les moyens au service public de concurrencer réellement les chaînes privées. Devenu gênant, voyez ce que ces dernières ont obtenu : le procès bidon des animateurs-producteurs (...) et le passage de 12 à 8 minutes par heure glissante [temps publicitaire autorisé sur les chaînes publiques]. Et ce ne sont pas les quelques mesures Cinep [écrans de France Télévisions vendus aux enchères]et la vente de secondes à tarif presque net qui pouvaient enrayer l'avancée du rouleau compresseur TF1. Où en est-on aujourd'hui ?

1. Entre TSF [directive européenne Télévision sans frontières révisée, instaurant une réglementation plus souple de la publicité] et arrêt de la publicité sur France Télévisions, TF1 est la plus heureuse des entreprises à laquelle il n'arrive que des petits bonheurs tout au long de son histoire. C'est fou cette chance toujours au moment opportun !

2. Les syndicats de France Télévisions, tous publiphobes, et même l'état d'esprit général des salariés, globalement antipub, s'offusquent de cette situation en criant que l'argent pourrait manquer ! Ils ont pourtant tous souhaité celle-ci, et cela rend les choses plus claires et plus honnêtes.

3. Le marché publicitaire français, moribond, croit que cela pourrait favoriser une timide reprise.

4. Les annonceurs ont peur d'une nouvelle hausse du coût du GRP, alors qu'il leur suffirait de moins investir sur ce média, qui n'a jamais réellement prouvé son efficacité. Et à nous tous de moins regarder la télévision. Quoi qu'en disent les études de TF1, les jeunes regardent moins la télé, et encore moins la Une. (...)

Alors, la vraie surprise, M. le Président, c'est pour quand ? D'autres l'ont fait avant vous : TF1 était une chaîne publique avec environ 1,5 fois moins d'audience qu'Antenne 2. Le vrai cadeau à un ami, c'est une belle privatisation de France 2. (...) Au passage, on pourrait baisser la redevance. Les annonceurs verraient la concurrence améliorer la compétitivité. Finalement, seule TF1 pourrait se plaindre d'une telle décision. Alors, osons, M. le Président, osons...

directeur du marketing et des opérations commerciales de Mondadori France Publicité

Envoyer par mail un article

Télévision et publicité : osons...

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.