Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Agences d'édition, fin de cycle

27/03/2008 - par Bruno Scaramuzzino, Manuel Lagny et Vincent Lamkin,

La réflexion sur les « business models » des agences de communication éditoriale est aujourd'hui centrale. Faut-il un « business model » ou, au contraire, faire de l'absence de modèle le véritable modèle de demain ? C'est plutôt dans cette direction que nous avons engagé Meanings en tenant compte de deux enjeux simples, la gestion des talents et la relation à l'annonceur, et d'une nouvelle donnée de contexte, le bouleversement de la relation au temps.

Nous imaginons ici que notre principal défi est celui de la mobilité. Mobilité de nos clients, de nos environnements, de nos technologies, de nos aspirations personnelles. On adore l'idée que la vérité qui prévaudra dans quelques heures a peu de chance d'être celle de cet instant. On adore l'idée que les projets tisseront des réseaux de compétences qui remplaceront les organisations figées. On adore lorsque les annonceurs suscitent leurs propres dynamiques créatives quand les talents s'y arriment, portés par leurs seules contributions à la réponse du moment.

« Mobilis in mobile », la célèbre devise du capitaine Nemo, reflète notre vision de l'avenir. Un avenir qui, en repensant les organisations, amènera à reconsidérer le mana- gement vers plus de liberté, d'autonomie et surtout de responsabilisation. Nos enseignes, nos marques joueront alors le rôle de label « intellectuel et artistique ». De gestionnaires, les patrons (re)deviendront des entraîneurs, des (r)assembleurs, et des gardiens intransigeants du temple de « l'état d'esprit ».

En attendant, constatons ensemble que le marché des agences d'édition est en fin de cycle. Tout le monde cherche un second souffle. Certains bricolent et tentent vainement de faire du neuf avec du vieux, d'autres cherchent une voie nouvelle. En tout état de cause, la majorité des directeurs de création ou artistiques en poste viennent des années « industrielles ». Ils ont apporté dans les années 1990 la rigueur, la culture presse, la normalisation des codes, le souci de l'ergonomie, une réelle maturité « académique ». Les fondamentaux sont aujourd'hui maîtrisés. Tellement maîtrisés, tellement enseignés, tellement dupliqués, tellement rassurants que l'éventualité même de faire autre chose s'est perdue dans les limbes de « business models » construits sur ce formatage, sur cette création « industrialisable ». Il faudrait aujourd'hui apprendre à oublier. Réapprendre à imaginer plutôt qu'à perfectionner et à « optimiser ». Il est à nouveau temps de mettre derrière nos ordinateurs des hommes et des femmes à qui l'on dirait : « Tu ne l'as jamais fait : ça tombe bien ! » Il sera toujours temps de leur rappeler qu'on lit de gauche à droite et de bas en haut.

agence Meanings

 LireégalementnotredossierCommunicationéditoriale,p. 37

Envoyer par mail un article

Agences d'édition, fin de cycle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies